MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[TV] Arte – Good Vibrations

Dans l’Angleterre de 1982, quatre habitantes de Sheffield s’émancipent en vendant à domicile lingerie et sex-toys, au grand dam de leurs proches.

Arte diffuse cette série qui traite, sur le mode tragi-comique, de certains problèmes sociaux de l’Angleterre des années 80.

Comme dans « The Full Monty », film auquel la série est en général comparée, le point de départ de l’histoire est la crise sociale provoquée par les licenciements et le chômage. Le Royaume-Uni n’ayant rien d’un État providence, les chômeurs et leurs familles ont recours au système D fait de petits boulots ou bien à leur esprit de toute petite entreprise innovante. Dans « The Full Monty » on assistait à la création d’un groupe de chômeurs-stripteaseurs qui n’ont pas vraiment le physique de l’emploi mais qui déploient une énergie proche du pathétique pour mettre en place leur spectacle.
Nous retrouvons la ville de Sheffield dans « Good Vibrations ». Même débrouille et solidarité mais du côté des femmes, cette fois-ci. Les maris sont au chômage ou vivent d’expédients, il faut payer les loyers, envisager des études pour les enfants. En bref, elles ont besoin d’argent pour leur famille. Une petite annonce recrute pour la vente à domicile (façon Tupperware, nous sommes dans les années 80) de lingerie « osée » et de sex-toys. Elles non plus, n’ont pas vraiment le physique de l’emploi, ni le mental, ni l’âge mais elles bravent leur propre réticence, la peur du ridicule et l’opprobre de certains pour développer leur business.

Dans cette série qui met au premier plan le courage et la détermination des femmes, le féminisme n’est jamais anti-hommes. Sous l’apparente drôlerie, de nombreux thèmes sociaux sont abordés (outre le chômage et l’émancipation des femmes) : les grossesses désirées ou non, les relations parents-enfants, la filiation, le racisme, le système d’aide sociale, la délinquance… Actrices ou acteurs, tous sont formidables. Citons surtout Penelope Wilton, la doyenne, qui est remarquable dans le registre comique comme dans le drame et Sharon Rooney qui représente un type d’anglaise inconnue des français mais que l’on découvre avec étonnement surtout le samedi soir dans le métro et dans les rues de Londres.

La bande-son pop rythme cette comédie sociale en format mini-série de 6 épisodes, idéale en ces temps de morosité…

16 Comment

  1. Vous m’avez convaincue ! Je vais essayer de trouver cette série en Replay, car c’est le genre de « tranches de vie » qui, malgré les sujets difficiles traités, mettent le sourire aux lèvres et du baume au coeur. Cerise sur le gâteau la bande son pop des années 80 qui ma rappellera des souvenirs !! Merci pour cette idée de série, passez une bonne semaine les Matching.

    1. Cette série est disponible en replay jusqu’en mars 2023 mais une fois qu’on l’a commencée on ne s’arrête plus 😉
      Les replays d’Arte sont accessibles par l’application Arte mais aussi sur la chaîne 77 de la TNT.
      Nous attendons vos impressions.

  2. Bonsoir les Matching!
    Vous m’avez donné envie aussi! C’est sûr, il me plairait!
    Et puis…oui au féminisme sans être anti-hommes, n’est-ce pas?!^^

    1. Nous l’avons beaucoup aimée dans Dowton Abbey, After Life et le film Indian Palace. Nous vous souhaitons une belle découverte !

    1. Léger tout en traitant des thèmes importants. La BO ne vous décevra pas. Bonne semaine à vous aussi.

  3. Ah les Anglaises du samedi soir… Leurs jupes trop courtes, leur consommation d’alcool…Quand j’avais accompagné mon fils à Cardiff, nous mangions le soir dans un pub. En semaine, rien à signaler. Dès le vendredi, des videurs étaient plantés devant la porte de chaque bar. Nous avions à côté de nous une table de femmes entre 30 et 40 ans qui vidaient bières et shots avec beaucoup d’entrain. Nous étions arrivés après elles, nous sommes partis avant.
    Blague à part, j’adore les séries anglaises. Ce sont les meilleures.
    Je signale que Arte repasse Il Miraculo, cette stupéfiante série italienne à ne pas rater.

    1. Jupes courtes, hauts à paillettes et serre-tête à oreilles. 🙂
      Nous avons déjà vu Il miracolo. Nous avons retrouvé dans Piccolo corpo, dont nous avons fait la critique, cette ambiance de religiosité à la limite du fantastique.

  4. Bonsoir !
    Je n’avais pas entendu parlé de cette série, mais cet article titille ma curiosité. A l’occasion je regarderai !
    A bientôt 🙂

Répondre à Matching Points Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.