MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] L’ennemi

Louis Durieux, célèbre homme politique belge, est accusé d’avoir tué son épouse retrouvée morte, une nuit, dans leur chambre d’hôtel. Est-il coupable ou innocent ? Personne ne le sait. Et peut-être lui non plus.

Notre admiration pour Jérémie Renier nous a incitées à aller voir ce film que nous avons du mal à définir. Ce n’est pas vraiment un thriller, pas une enquête policière non plus. Est-ce l’histoire d’un amour fou et tragique, celui d’un homme en vue pour sa jolie épouse fantasque ? Ou plutôt l’histoire d’une relation toxique au sein d’un couple alcoolisé ?
C’est aussi le récit, trop long, d’une détention qui fait évoluer le député en le plongeant dans un univers cauchemardesque. Comme dit un des personnages : « La prison, ça change un homme ! ». La référence à Jean Genet au début du film, et sur un autre sujet, l’anticipe. Le célèbre député ne profite pas de son immunité parlementaire (pourrait-on voir ça en France?), il est incarcéré et devient un détenu comme les autres. Il noue en prison différentes relations jusqu’à l’amitié avec son compagnon de cellule. Celui-ci est-il trafiquant de drogue, comme il le prétend, ou assassin ? Et le député amoureux a-t-il assassiné sa femme, s’est-elle suicidée, est-elle morte d’une overdose ? Des questions restées sans réponse même pour son fils, plus adulte que lui et qui l’a généreusement recueilli. L’énigme subsiste jusqu’à la scène finale où Durieux porte un masque grimaçant et inquiétant de James Ensor alors qu’est annoncé le verdict du procès. La plage d’Ostende, une touche de surréalisme et d’onirisme… Un film très ancré dans l’univers de la Belgique. De façon plus réaliste, il met l’accent sur le cloisonnement entre les communautés wallonnes et flamandes de ce pays linguistiquement fracturé où l’on ne parle ni ne comprend la langue de l’autre. Le refus du bilinguisme est source de malentendus et même d’erreurs judiciaires, un problème justement évoqué ici.


Stephan Streker a réuni un très bon casting mais son film souffre d’un rythme inégal. On a parfois du mal à maintenir son attention…

16 Comment

    1. Est-ce que ce genre de film à des chances de franchir l’Atlantique ? La production européenne est très fournie depuis la réouverture des salles. Nous essayons d’en profiter au maximum.
      Bonne semaine à vous aussi.

  1. Le sujet semble intéressant, mais je vous avoue que la réalisation de ce film (d’après votre retour) me tente moyennement. Merci pour votre avis qui saura sûrement convaincre des personnes plus cinéphiles que moi ! Bien à vous et bonne semaine.

    1. A voir si on est inconditionnelle de Jérémie Renier. Cela peut attendre le passage à la télé.
      Bonne soirée. Bonne semaine à vous aussi.

    1. Il est difficile pour les français de se faire comprendre dans la partie flamande sauf… si on parle anglais !

  2. Vous avez dû le voir en avant première car je ne pense pas qu’il soit sorti.
    Jérémie Rénier me fait me déplacer pour chacun de ses films aussi.
    J’espère que vous avez vu Albatros où il était superbe.

    1. Nous ne doutons pas que vous irez le voir, justement pour Jérémie Renier, et nous attendons avec impatience votre critique. Nous n’avions pas vu Albatros.

Répondre à Pascale Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.