MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] Licorice Pizza

1973, dans la région de Los Angeles. Alana Kane et Gary Valentine font connaissance le jour de la photo de classe au lycée du garçon. Alana n’est plus lycéenne, mais tente de trouver sa voie tout en travaillant comme assistante du photographe. Gary, lui, a déjà une expérience d’acteur, ce qu’il s’empresse de dire à la jeune fille pour l’impressionner. Amusée et intriguée par son assurance hors normes, elle accepte de l’accompagner à New York pour une émission de télévision. Mais rien ne se passe comme prévu…

Nous avons passé un mois en Californie pendant l’été 73, nous étions jeunes… on n’avait pas le droit de boire un verre de vin, il fallait avoir 21 ans, l’Amérique et toutes ses contradictions. Nous avions donc un intérêt personnel pour aller voir ce film, en plus des critiques enthousiastes.

Paul Thomas Anderson évite le cliché des californiens blonds, bronzés et musclés sur la plage. Les protagonistes sont loin d’être beaux (on s’excuse auprès d’eux…) mais ils sont désarmants et très naturels, ce qui est une contradiction dans le milieu hollywoodien. Nous n’avons pas retrouvé dans le film l’ambiance sex, drugs and rockn’roll de l’époque et il n’y a aucun rapport avec cette chaine de magasins de disques, Licorice Pizza, où nous avions acheté nos disques favoris, les pizza(s) à la réglisse !

Mais nous sommes bien en 73, avec le premier choc pétrolier et ses conséquences pour une ville qui vit au rythme de la voiture, Nixon est en mauvaise posture et l’homosexualité n’est pas encore acceptée.

Elle (Alana Haim une révélation), qui n’est plus une gamine, est en quête d’elle-même et de sa place dans la vie. Elle veut fuir sa famille très rigide et ancrée dans les traditions juives. Lui (Cooper Hoffman, digne fils de son père Philip Seymour Hoffman), est encore ado, très débrouillard et très sûr de lui. Un couple improbable qui se cherche, qui se croise et qui court sur une musique appropriée. Ils sont touchants et on éprouve du plaisir à les suivre dans leur évolution.

Le film est long, il ne se passe pas grand chose. Cependant on ne s’ennuie pas. Il y a tout le long du mouvement, des petites anecdotes parfois drôles qui s’enchainent pour donner du rythme. La présence de grandes stars dans le rôle de vedettes capricieuses et limite caricaturales donne en plus un aperçu de ce monde du showbiz, nous sommes bien à Los Angeles et Hollywood ! Malgré le poids de ces noms (Bradley Cooper, Sean Penn, Tom Waits et d’autres), ce sont les deux jeunes qui portent le film !

Mais nous avons ressenti une petite déception, comme pour The Master. On cherche à comprendre le pourquoi et le comment de ce film. Où le metteur veut-il en venir ? Ou alors il faut accepter tout simplement de voir une courte période dans la vie de deux jeunes gens, située à une époque révolue pour nous bercer dans une douceur et une mélancolie bienfaisantes, sans violence ou sexe !

Une chose est sûre, nous avons été charmées par les acteurs qui sont épatants !

16 Comment

  1. Bonjour les filles,
    Merci pour votre présentation toujours bien amenée. Les têtes d’affiche que j’aime beaucoup (je suis particulièrement fan de Bradley Cooper !), passent un peu au second plan si je comprends bien… Ce film tel que vous le décrivez s’apparente à un road movie ; il n’offre pas une action survoltée, mais ouvre une fenêtre sur le parcours de ces deux jeunes. Je pense que j’attendrai de voir ce film de mon canapé ! Passez une belle semaine.

    1. Bonjour Anne, pourquoi pas une séance sur le canapé ? Mais lorsqu’on est trop bien installé, on s’endort facilement
      Bonne fin de soirée

  2. Oui c’est parfois un peu fatigant et vain de courir à leur poursuite. Mais ils sont tellement incroyables tous les deux (surtout lui je trouve et je n’ai vu qu’après de qui il était le fils).
    Beaucoup de choses inutiles et l’impression de ne savoir effectivement le pourquoi du comment.
    Mais il y a des scènes exceptionnelles comme celle du camion !!!

    1. Quelques longueurs inutiles, oui, mais sauvées par les acteurs. Ah, cette scène du camion en marche arrière ! Le cinéma américain a l’habitude de scènes de courses-poursuites mais là vraiment, c‘est très fort !
      Bonne fin de dimanche

  3. C’est une époque que jaime voir à l’écran, votre commentaire est intéressant malgré votre rétissance. J’attendrai peut-être qu’il soit dispo sur le petit écran pour voir le talent des 2 interprètes, le manque de sens et la longueur ne me tentent pas trop. Bonne soirée et merci!

  4. Bonjour Matchingpoints, je vous rejoins sur le fait que l’on ne sait pas où PTA veut en venir et que les deux jeunes acteurs principaux sont épatants. Je ne me suis ennuyée mais tout juste. Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.