MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[TV] The Bookshop

En 1959 à Hardborough, une bourgade du nord de l’Angleterre, Florence Green, décide de racheter The Old House, une bâtisse désaffectée pour y ouvrir sa librairie. Lorsqu’elle se met à vendre le sulfureux roman de Nabokov, Lolita, la communauté sort de sa torpeur et manifeste une férocité insoupçonnée.

Parfois le petit écran procure des séances de rattrapage, et c’est ainsi que nous avons vu « The Bookshop » de Isabel Coixet d’après le livre de Penelope Fitzgerald, « La libraire ». Si nous avions lu les critiques de presse avant, nous l’aurions peut-être zappé, à tort, à notre humble avis…

Car ce film est d’une grande tendresse. Le personnage central, une veuve de guerre, est touchant. Fermement décidée à réaliser son projet d’ouverture d’une librairie dans un village, elle rencontre l’hostilité de certains habitants. Dans ce beau paysage, sauvage et venté, elle est à l’opposé, calme et souriante. Naïve surtout, tant son enthousiasme à faire partager son amour pour la littérature et les livres est en décalage par rapport à la rudesse des insulaires qui correspond bien au climat. Parmi ces rustres, la riche bourgeoise, raffinée en surface et dans ses manières, tire les ficelles de la malveillance et manipule tout le monde.

Les personnages sont un peu trop caricaturaux, les riches sont oisifs, les pauvres laborieux, le mystérieux misanthrope sera apprivoisé par la douce libraire. Le film déroule lentement une histoire qui semble romantique au départ, presque mièvre et désuète, mais qui s’avère être bien plus dramatique par la suite.

S’ajoute l’ambiance so British de l’après-guerre et le talent d’acteurs connus. Les rares rencontres entre Emily Mortimer et Bill Nighy expriment tout le regret d’une romance impossible, il ne leur reste que la passion des livres. Quelques allusions à une époque encore bien prude avec le scandale suscité par la parution de « Lolita ».

La cinéaste catalane a réussi à faire un joli petit film qui ne valait peut-être pas les 3 Goyas qui l’ont récompensé, mais nous avons passé un bon moment à le regarder.

26 Comment

  1. Je me souviens avoir passé un moment fort agréable devant ce film très charmant mais en effet, 3 Goyas ?? Un autre film d’Isabel Coixet, « Ma Vie sans moi », était vraiment, vraiment bien plus marquant.

  2. Merci pour votre critique. J’adore Bill Nighty qui est absolument formidable dans « Good morning England ». A vous lire, je n’ai pas l’impression que ce film lui ait offert son meilleur rôle… Bonne soirée.

    1. Bill Nighy est une valeur sûre du cinéma britannique. Son rôle dans ce film est un peu trop réduit…nous n’en dirons pas plus 😉

    1. Nous aussi avions raté ce film à sa sortie et pour ce genre de film la télévision est un bon rattrapage. Bill Nighy a en effet plusieurs registres.

  3. Je ne l’ai pas vu passer non plus .
    Peut-être vais je le retrouver à la télé ?
    Mais vous ne semblez pas emballées donc est ce bien nécessaire ?
    Merci pour vos retours toujours intéressants .
    Bel après-midi !

    1. Necessaire, non, ce n’est pas le film du siècle, mais bien mieux que les critiques ont noté, et il nous a bien plu ! Peut-être on peut encore le retrouver sur les chaines à la demande ?

    1. Si vous aimez l’ambiance anglaise, alors ce film peut vous faire passer un bon petit moment, avec une tasse de thé, of course 😉

  4. Bonsoir Mathchingpoints, c’est le genre de « petit » film que j’adore voir. Les acteurs sont épatants et la campagne anglaise donne des envies de partir en voyage. Un film que j’avais beaucoup apprécié. Bonne soirée.

  5. je l’ai vu l’hiver dernier, c’est un joli petit film, parfait pour l’amoureuse de la littérature que je suis …. et puis j’aime cette ambiance so british ! bonne semaine à vous deux.

  6. Moi non plus, je n’avais pas entendu parler de ce film.
    Et, en regardant l’affiche, j’ai cru voir Franck Dubosc !!! Mais ce serait une erreur de casting.
    J’avoue, je ne sais plus trop ce qui passe au cinéma. Je rattraperai l’hiver prochain à la télé

    1. C’est un film qui se regarde bien sur le petit écran – nous ne voyons pas Franck Dubosc dans ce rôle, alors vraiment pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.