MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Bell'Italia Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] Le Traître

Allociné

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s’enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l’histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

Le film de Marco Bellocchio débute par une scène de fête au luxe tapageur comme « le Parrain » de Coppola. Malgré la joie et l’entente apparente, les assassinats sont déjà décidés. On s’embrasse et on se tue. Mais là où Coppola avait tendance à magnifier certains personnages de mafieux américains, ici il n’y a que des abrutis ou des psychopathes dont la cruauté est comparée à celle de bêtes féroces, dont les images (tigre, hyène) reviennent souvent. Le fauve est le surnom qui avait été donné à Salvatore Riina, le plus violent des boss mafieux. Lors des procès on les met d’ailleurs en cage.

Le personnage principal, le traitre, est le célèbre repenti Tommaso Buscetta, un des premiers à avoir accepté de briser la loi du silence après les assassinats d’une partie de sa famille. Grâce à lui, le juge Falcone a obtenu des noms, des preuves mais a pu aussi mieux comprendre l’organisation très complexe de Cosa Nostra, la Mafia sicilienne. Leurs entretiens sont relatés avec une grande sobriété qui contraste avec la violence sanglante des assassinats et l’aspect grand guignol du Maxi Procès de Palerme où furent jugés et, pour la première fois, condamnés environ 400 mafieux.

Copyright Ad Vitam

Un film classique, avec des moments spectaculaires comme l’explosion de la voiture de Giovanni Falcone dans laquelle le spectateur se trouve embarqué ; d’autres presque documentaires lors des dépositions des témoins, reprises mot pour mot des actes du procès et tournées dans la salle-bunker construite spécialement pour ce tribunal inédit.

Copyright Ad Vitam

La distribution est totalement dominée par l’extraordinaire interprétation de Pierfrancesco Favino dans le rôle titre. « Boss des deux mondes » impliqué dans des trafics mais fuyant au Brésil les exactions des « familles » mafieuses, le seul qui paraisse doté d’un cerveau et d’un cœur, père souffrant et « homme d’honneur » écœuré par les atrocités inutiles.

Après un séjour fascinant en Sicile, le mystère demeure : comment cette île peut-elle concentrer autant de splendeurs et de délabrement, l’extrême violence de la Mafia et l’extrême courage des juges qui luttent contre elle et qui en meurent ?

15 Comment

  1. Voilà un film proche du documentaire, de ce que je comprends de votre critique, qui est sans nul doute très intéressant à voir. Votre dernier paragraphe m’interpelle car en visitant la Sicile cet été, c’est un peu le sentiment que j’ai eu : d’un côté on s’émerveille devant tant de beautés, de l’autre on s’étonne des amas d’ordures en tout genre jonchant les bas-côtés voire les rues de Palerme…

    1. Marco Bellocchio essaie de coller au plus près des événements qui se sont déroulés durant les années 80/90 mais il y a aussi des choix de mise en scène et de direction d’acteurs qui laissent plus de place à la créativité.
      La Sicile est en effet une terre de contrastes.

  2. Un film très proche de la réalité apparemment qui me tente bien .
    Je vous dirais si je le vois .
    Merci pour pour votre avis qui nous guide bien .
    Belle journée venteuse les filles !

    1. Une reconstitution des événements mais aussi le talent du réalisateur. Vent et soleil vont souvent ensemble ! Bonne journée.

  3. Merci pour cet avis très détaillé, je ne sais pas encore si je me laisserai tenter (tant de films qui me font envie en ce moment), mais je comprends à quel point la Sicile est fascinante… bonne semaine !

    1. Doit-on préciser que ce film n’est pas relaxant 😉 et il peut être concurrencé par des films plus légers, surtout en ce moment. Mais c’est du très bon cinéma et il gagne quand même à être vu sur grand écran.

    1. Bonne séance si vous avez l’occasion de le voir. Il devrait être dans un réseau de grande distribution puisqu’il a concouru à Cannes. Bonne journée.

    1. Il y a une telle tension tout au long du film qu’il nous semble difficile de s’endormir. Nous attendons vos impressions avec impatience.

  4. Toujours pas à l’affiche chez nous !
    J’ai par contre vu Hors Normes (beaucoup aimé) et Papicha (adoré). Ce WE s’annonce pluvieux et donc propice à une séance de cinéma !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.