MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] Once Upon a Time in Hollywood

En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus…

Deux heures de Quentin Tarantino – des passages trop bavards, comme souvent, de l’humour et du spectaculaire, de la violence insupportable mais qui fait rire, une panoplie d’acteurs-stars performants et une très belle bande-son. What else ? Comme Pascale nous nous sommes posé la question : Et si c’était son meilleur film ?

On est toujours en attente maximum lorsqu’il s’agit des grands du monde du cinéma. Mais il faut accepter qu’ils changent, eux -aussi !

Tarantino raconte l’Histoire mais se l’approprie à sa manière. C’est ainsi dans « Inglorious Bastards » que Hitler sera tué. Ici nous sommes en 1969 et l’époque est formidablement reconstituée, mais certains événements seront racontés autrement, le fictif et le réel se mélangent, nous n’en dirons pas plus… Nous avons eu la chance de visiter la Californie au début des années 70 et nous retrouvons l’ambiance décalée par rapport à notre vieux continent, la piscine nous faisait rêver, les larges boulevards, la décontraction.

Comme il s’agit du monde du cinéma, rien de surprenant que Tarantino parle des films dans le film, nous assistons au casting, au tournage, à la projection. Tout tourne autour d’un héros égocentrique et narcissique, qui se voit face à son déclin. Leonardo Di Caprio interprète magistralement cet acteur en perte de vitesse qui vit dans son passé, dans les séries télévisées dont il était l’acteur principal. Il s’apitoie sur son sort et noie son chagrin dans les margaritas au bord de sa piscine. Il envie ses nouveaux voisins, Roman Polanski et Sharon Tate. A côté de lui son double, un Brad Pitt formidable et désinvolte à souhait, toujours séduisant ! Il est plus que son double, il est l’homme à tout faire et il lui reste fidèle jusqu’au bout. L’amitié avec un grand A, Tarentino nous surprend…

Il y a certes quelques belles répliques, quelques scènes tragi-comiques, mais les dialogues ne sont pas plus importants que les images d’un monde qui n’existe plus; on nous montre le changement de l’industrie du divertissement, TV contre cinéma, ou cinéma contre TV, le nouveau Hollywood. Il y a tant de références à de nombreux films, il s’amuse même à refaire des scènes pourtant connues ! Encore une fois il se présente en mémoire vivante du cinéma.

Les temps changent, la liberté sexuelle est acquise, Brad demande son âge à une gamine qui le drague crûment, encore une référence aux événements autour de Polanski ?

Ce film est sa déclaration d’amour-hommage au cinéma de Hollywood, à la Californie et LA de l’année 69.

Il était une fois….un bon film nostalgique 

32 Comment

  1. Bonjour,
    Bel article qui complète à merveille celui de Pascale.
    Je n’avais pas fait le lien entre la scène de drague de l’autostoppeuse et l’affaire Polanski (post-Sharon Tate). C’est une piste intéressante.
    A noter que le film sort alors qu’une partie du Nouvel Hollywood disparaît avec Peter Fonda : Hell’s Angel pour toujours, il sillonne désormais les routes du Paradis avec son pote Dennis Hopper.

    1. Peut-être que ce lien n’existe pas vraiment, mais nous l’avons ressenti tel que. C’était le début d’une révolution des moeurs, les hommes se préoccupaient moins de l’âge des filles, ce n’est que maintenant, après les évènements récents et le mouvement #meToo. Brad à l’époque n’aurait pas résisté…

      1. Très juste ! Mais on se souvient également des scandales de mœurs qui ont secoué le « Vieil Hollywood » comme celui qui concernait Errol Flynn et ses liaisons avec des jeunes filles mineures : « J’aime que mon whisky soit vieux et mes femmes jeunes. » disait-il.
        On notera au passage la sortie concomitante au film de Tarantino du documentaire sur Harvey Weinstein. Hasard de la programmation ?…

        1. Un hasard qui jette une ombre sur Tarantino – « J’en savais suffisamment pour réagir plus que ce que je n’ai fait « …

  2. Je n’arrive pas à croire que Tarantino envoie ce coup bas à Polanski…. trop naïve peut-être… mais aussi parce que ce film, en plus de toutes les références, lui rend un bel hommage (à Polanski), celui avec qui Rick Dalton reve de tourner.
    Les acteurs sont prodigieux. Brad et Leo ensemble, quelle belle idée. Ça fonctionne.
    J’ai craint que cette belle amitié entre Rick et Cliff ne soit pas réelle mais si…
    Oui Tarantino nous surprend.
    Merci pour le lien et bravo pour la belle analyse.
    Un beau film qui parle de cinéma ça fait parler 🙂

    P.S : Chaplin aussi aimait les très jeunes femmes

    1. Vous avez peut-être raison, à force de chercher les références…
      C’est vrai, Chaplin avait des problèmes, lui aussi !
      Quel film encore
      Bonne soirée

  3. Rien que de contempler cette affiche très 70’s avec au sommet ces deux montres du cinéma que j’adore, j’ai envie d’aller voir ce film ! Votre lecture de ce nouvel opus de Tarrentino me conforte dans cette envie. Dès que je rentre de Bretagne, j’emmène Chéri au cinéma !!

  4. L’affiche et l’époque m’ont attirée, le rapport avec l’affaire Manson aussi… au final je ressors ravie par la fin, même si elle tarde un peu à venir ; cela dit quel plaisir de passer ce moment avec Pitt/DiCaprio, quel duo !
    Belle journée mesdames !

    1. Quel duo, chacun son charme ! Tarantino a toujours eu une main sûre pour son casting…
      Bonne journée à vous aussi !

  5. Tarantino c’est comme Lelouch : on est inconditionnel ou pas. Une fois sur deux le film n’est pas si bon que cela, il y a toujours du baratin en trop, des longueurs qui exaspèrent, mais on ne rate jamais un nouveau Lelouch ou un nouveau Tarantino.
    Les acteurs, le sujet du film ainsi que l’époque me parlent. En revanche, je veux le voir en VO car Di Caprio et Brad Pitt sont excellents (le doublage en français ne valorise pas toujours leur talent d’acteur).
    Alors bon Tarantino à tous et toutes qu’il soit…bon ou….moins bon.

  6. Tarantino et ces deux acteurs , moi je dis OUI !
    J’espère qu’il tiendra l’affiche.
    Merci pour votre résumé et avis qui nous aiguillent bien .
    Belle journée encore bien chaude!

  7. Hello
    J’avais vu passer l’affiche dans les transports parisiens.
    Pour tout te dire,j’avais à peine reconnu Leonardo Dicaprio . ^^
    J’étais pas spécialement emballer par l’histoire mais je le regarderai tout de même dès qu’il sera dispo en location.
    Belle fin de journée

    1. C’est un film qui offre tant de références qu’étant amateur de cinéma, on ne peut rester insensible ! Il y a bien sûr la dose de violence, mais tout passe !
      Bonne fin de soirée

  8. C’est un Tarantino…. Beaucoup de blogueuses /instagrammeuses se sont pâmées devant Brad Pitt, en effet excellent dans la cool-attitude, jusqu’aux scènes finales -avec son chien-. Et plutôt bel homme, sans excès de rajeunissement, ce qui est un bon point. Mais Leonardo Di Caprio l’est tout autant dans un rôle de type anxieux, au bord de l’échec professionnel et donc de la disparition des écrans. Si vous avez vu le documentaire sur Charles Manson sur Arte, on y retrouve beaucoup de lieux et de personnages. Il y a un court extrait video qui montre un groupe de jeunes filles dont l’une est vraiment le personnage joué par Margaret Qualley (celle qui fait du stop). Et puis les bottines basses, les fameuses Minnetonka, en peau, cousues à la main, de Brad Pitt qui ont affolé les modeuses… Le personnage de Bruce Lee est peut-être un peu trop ridicule.

    1. C’est bien dommage d’avoir raté ce documentaire – mais cela ne nous étonne pas que Tarantino ait utilisé les vrais lieux pour certaines scènes.
      Nous trouvons aussi que le personnage de Bruce Lee est trop caricatural, mais Tarantino va souvent dans l’exagération.
      Malgré certaines faiblesses, nous aimé ce film !

  9. Ici on est assez fan de ciné, et toutes les semaines en principe sauf l’été, on a bien aimé ce Tarantino, fidèle à son style, oh la violence je n’aime pas trop mais se plonger dans cette époque 70′ avec des acteurs que je trouve talentueux un régal bisous

    1. Un régal en effet que de voir ce duo parfait. Un peu moins de violence que dans d’autres Tarantino. Elle est réservée à la fin…surprenante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.