MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Mood Témoignages Voyages

[Voyages] Sommes-nous de bonnes touristes ?

L’Ile Maurice, Novembre 2017

Nous aimons les voyages mais pas toujours les voyageurs !

Si notre envie de voyages passe avant la préoccupation écologique puisque nos déplacement aggravent notre empreinte carbone (Mea Culpa x 2) nous essayons de respecter l’environnement, les habitants et les traditions du pays que nous visitons.

Nous sommes souvent choquées par le comportement de nos congénères dans les pays pauvres. A commencer par les goinfres qui remplissent leur assiette piochant inconsidérément dans les plats des magnifiques buffets du petit déjeuner et qui en gaspillent près de la moitié… C’est indécent !

Nous essayons d’avoir du respect et de la considération pour ceux qui nous accueillent.

En Tanzanie, nous avons préféré acheter nos souvenirs dans une coopérative où nous avons vu travailler les artisans, plutôt que dans les grands magasins tenus par des commerçants indiens. Lors de ce même voyage, nous avons refusé d’aller dans un village massai, où les Massais exécutent quelques scènes de chant et de danse au milieu des 4×4 des touristes – ce peuple est pourtant réputé pour sa fierté !

Lors de nos voyages en Inde, nous avons porté de T-Shirts avec des petites manches, malgré la chaleur, parce que les Indiennes montrent leur nombril mais jugent les épaules dénudées indécentes.

En Iran, nous avons porté le foulard obligatoire pour éviter à notre guide (femme) des réprimandes de la part de la police des Moeurs.

Et, bien sûr, avant de les photographier, nous demandons la permission des personnes concernées.

Pourtant nous reconnaissons avoir commis des erreurs…

Il y a quelques années déjà, lorsque nous avons passé la nuit sous une tente dans le désert marocain, un enfant nous proposa quelques figurines faites main. Nous ne les avons pas achetées car nous n’avions pas de monnaie. On se rappelle encore aujourd’hui ce visage maigre exprimant la déception.

En Thaïlande, nous avons été émerveillées par les éléphants et leurs spectacles, en vraies touristes de base, mais nous ne savions pas encore que ces animaux sont souvent maltraités lors du dressage. Sans être des défenseurs acharnées de la cause animale, si un jour nous retournons dans ce pays, nous serions plus réticentes pour participer à ce genre de manifestation.

En Tanzanie, à la fin d’un diner, tout le personnel de l’hôtel s’est réuni pour danser et chanter quelques chansons traditionnelles. Un CD de ces chansons était proposé à la vente, nous ne l’avons pas acheté, et pourtant il y avait le fameux « Hakuna Matata ». Cela nous aurait fait un petit souvenir mais surtout leur aurait laissé un pourboire supplémentaire.

Le rapport à l’argent est toujours délicat lorsque nous visitons un pays où un seul de nos pantalons représente le salaire d’un mois des autochtones. Donner quelques euros ne nous rendra pas plus pauvres mais peut aussi favoriser la mendicité. Dans certains pays on n’hésite pas à mutiler des enfants pour apitoyer les touristes et nous ne voudrions pas avoir le sentiment d’être complices de telles pratiques.

C’est pourquoi nous regrettons de ne pas avoir acheté ce que ces personnes nous proposaient qui était le fruit de leur travail.

Et vous, regrettez-vous quelques erreurs ?



28 Comment

  1. Il faut regarder ‘les bronzes’ pour voir le decalage avec notre facon actuelle de voyager. A l époque, il fallait profiter au maximum, exploiter égoïstement chaque minute de vacances.
    Aujourd’hui, on se pose tous des questions sur notre comportement.
    Je ne sais pas si j ai fait des erreurs en voyageant.
    Je me souviens d un article intéressant sur le sujet. Les émissions du type ‘voyage en terre inconnue’ connaissent un grand succes. Après leur diffusion, les spectateurs ont envie d y aller. Du coup, ces tribus, bien tranquilles jusque là, découvrent la possibilité d avoir plus d argent. Les plus malins s en sortent bien, les autres les jalousent mais le plus triste c’est que l argent sert surtout aux trafics d alcool et de drogue.

    1. C’est bien pour cette raison que nous avons évité de voir un « spectacle massai » ! Ils faudrait bien qu’ils avancent vers une modernité (quand on pense à l’excision bien ancrée chez eux…) Mais ce n’est pas de cette façon là.

  2. C’est un billet à la fois instructif et émouvant ! Je crois avoir la même déontologie de comportement que vous … et les même regrets ! Le plus cuisant est ce jour où sur un marché en Thaïlande nous avons cru que la somme de monnaie rendue était incorrecte et sûrs de notre bon droit nous avons râlé. Non seulement nous avions tort mais en plus, ramené à l’euro cela ne représentait que quelques centimes … j’ai encore honte quand j’y pense !

    1. On vous comprend ! Sur le moment, on n’a pas toujours le recul nécessaire. Nous allons essayer de faire mieux…

  3. Je ne sais pas si j’ai fait des erreurs. j’essaye seulement de respecter les règles comme au Sultanat d’Oman ou je n’avais pas pris de bikinis, je me couvrait toujours les épaules et les genoux. Mais j’ai vu quelques touriste français ne pas jouer le jeu. J’estime que l’on impose pas sa loi dans les autres pays. tout comme chez nous lorsque nous sommes invités chez des amis, on se plie aux règles de la famille qui reçoit.

    1. Vous avez raison. Il s’agit bien souvent simplement d’un manque d’éducation, exactement comme lorsqu’on est invités. Il n’y a pas besoin d’aller si loin pour constater l’impolitesse de certains français.

  4. Je ne sais pas non plus si j’ai fait des erreurs en voyageant, surement… mais ce que je ne supporte pas de base, ce sont les personnes sans gêne. Alors croiser des voyageurs qui se croient tout permis dès l’instant où ils quittent leur terre natale m’insupporte. Voyager doit rimer avec respect des us et coutumes locales et respect des autres aussi différents soient-ils.

  5. Merci pour cet article d’ailleurs brûlant d’actualité pour moi et qui donne l’occasion de se questionner. J’essaye de respecter au maximum la culture du pays, les personnes et leur environnement, je me renseigne avant de partir, avec internet on sait bp de choses en qques clics, c’est pratique, mais on fait qd même des erreurs. De base le tourisme n’est pas un acte écologique (empreinte carbone, bétonnage pour les infrastructures d’accueil, déchets…) mais il est un revenu essentiel pour tous les pays. Pour les pourboires, je fonctionne en fait comme dans mon pays, je donne un pourcentage d’usage pour une attitude aimable, un service, un sourire. Je n’oublie pas que je ne peux pas, en tant que touriste, sauver la misère du monde. Ou alors il faut s’engager dans une ONG… Dans la pratique, ce n’est pas toujours facile, cependant, favoriser l’artisanat local, les commerces locaux comme vous le soulignez c’est à la portée de chacun, et cela a plus de sens et en général cest plus joli! Bonne soirée aux globe-trotteuses!

    1. Ca y est, c’est le départ ? Vous allez partir en touriste responsable, nous en sommes persuadées après avoir lu votre commentaire !
      Bon voyage et profitez bien

  6. C’est toujours un vrai problème, surtout que je ne vais pas découvrir des pays pour faire des achats. Souvent, je ne rapporte rien, même. J’ai envie de parler avec des gens, découvrir leur mode de vie. Alors je fais attention aux lieux où je dors, j’évite les grandes chaines, je privilégie les guides locaux, mais c’est toujours plus compliqué…

    1. Oui, c’est plus compliqué mais plus authentique ! Nos voyages à nous ne sont pas non plus des « shopping-tours », ce n’est pas notre but, mais si nous pouvons trouver de petites choses typiques, alors nous n’hésitons pas.
      Bonne soirée

  7. Depuis que je ne voyage plus je me dis que mon bilan carbone s’est considérablement amélioré.
    Je pense que je me suis souvent bien comportée très loin de chez moi. Et même plus près… Je laisse toujours les endroits dans l’état où j’aurais aimé les trouver en entrant.
    Mais être touriste dans des pays où la misère saute aux yeux m’a toujours mise mal à l’aise. Même si la bonne conscience nous dit que le tourisme aide à vivre certaines populations. C’est compliqué.

    1. Lorsque nous étions en Inde, on s’était posé cette question-là tous les jours ! C’est dans ces pays que le touriste se doit encore plus être respectueux.
      Mais comme vous le dites si justement, on peut déjà commencer par chez nous – lors d’un pique-nique, on ramasse tout, c’est très simple et pourtant…

  8. Je ne crois pas (j’espère du moins !) avoir commis d’erreurs en voyageant, en tous les cas le respect prime, déjà qu’à deux pas de chez moi je râle comme un putois en colère parce que certains laissent des traces de leur passage après un pique-nique…

    1. Nous aussi pestons contre ce non-respect ! … et pourtant, en ce moment, avec toutes les campagnes pour l’environnement, on ne pourra dire « je ne savais pas! »
      Bonne journée

  9. Des erreurs, j’en ai sûrement fait aussi. Aujourd’hui, je regrette, lors de mon voyage au Kenya, de ne pas avoir emporté de choses (utiles ou pas d’ailleurs) à leur donner. Sinon, nous essayons d’éviter dorénavant les longs courriers pour l’empreinte carbone, même si de toute façon, nous ne voyageons qu’une fois par an.

    1. Vous avez raison, on peut emmener des choses utiles, comme des stylos, des lunettes de soleil que l’on ne met plus, des produits d’hygiène comme des brosses à dents etc. Ce que nous avons fait lors de notre premier voyage en Inde. Nous resterons coupables à cause de nos voyages, mais essayerons de limiter les dégâts…

  10. Hello
    J’ai voyagé majorité en Europe et en Amérique du Nord donc la question ne se posait pas. Le seul pays d’orient que j’ai visité a été la Tunisie lorsque j’étais toute jeune adulte. Nous n’avions pas pris conscience que c’était la période du ramadan quand nous mangions dans la rue. Un tunisien fort sympathique nous a expliqué avec gentillesse l’importance de cette période. J
    e pense que c’est la seule erreur que j’ai pu faire en tant que touriste.
    Bisous

  11. J’ai toujours honte de voir les touristes qui marchandent pour quelques centimes d’euros dans des pays où le niveau de vie est 10 fois inférieur au nôtre… Le manque de respect dans les lieux de culte m’exaspère également…

  12. Il est vrai que l’on commet des erreurs par manque de réflexion par moments et tellement obnubilés par la découverte.
    Par contre je me fais un point d’honneur à respecter la population et les coutumes d’un pays que l’on visite.
    En Namibie par exemple nous avons acheté des bijoux à des tribus zimbas qui les fabriquaient avec leurs moyens .
    Ca fait tellement plus plaisir d’avoir des souvenirs authentiques.
    On devrait penser plus souvent à tous ça. Merci de nous le rappeler .
    Bon week-end Pascal !

  13. Délicat sujet que vous abordez mesdames
    ce n’est pas facile de trancher
    ma soeur à l’habitude de partir en voyage avec pleins de petites choses qu’elles distribuent au fur et à mesure des rencontres. Je trouve cela mieux que de l’argent
    Bonne soirée mesdames

    1. C’est vrai, les objets utiles sont appréciés, de même que des médicaments que nous avons laissés en Iran !
      Bonne nuit

  14. Waou vous avez vus e très beaux pays. L’iran et le Maroc sont sur ma liste de voyages à faire!
    On peut tous commettre des erreurs ou avoir des regrets. Pas facile. Il faut faire des choix.
    Gros bisous
    Ps: Jaime bien comme vous acheter local. Parmi mes plus beaux souvenirs, trouver un magasin / atelier de sacs à Moscou introuvable…. rencontrer la créatrice . Choisir un sac. J’aurais pu tout emmener . Et voir la gentillesse des russes (compter sur deux russes en pause au travail pour m’aider à trouver l’atelier , compter sur un autre pour trouver un distributeur…) les russes vesous accompagnent souvent . En France on a tendance à expliquer ou aller simplement …. bise

  15. ce que je trouve compliqué c’est qu’on est souvent tiraillés entre la peur de se faire arnaquer et la peur de mal se comporter et de choquer. Quand il y a la barrière de la langue et des monnaies différentes, çà peut être galère !

    1. C’est vrai, ces deux barrières s’ajoutent aux difficultés ! Lorsque l’on est déconnecté des données habituelles, on se perd encore plus. Il n’est pas facile d’être un bon touriste…

Répondre à Paristempslibre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.