MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] Vice

Fin connaisseur des arcanes de la politique américaine, Dick Cheney a réussi, sans faire de bruit, à se faire élire vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l’homme le plus puissant du pays, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les conséquences aujourd’hui…

Le film d’Adam Mc Kay est une satire politique brillante, un biopic original, bâti sur une construction complexe qui utilise plusieurs techniques et registres : sauts dans le temps, images d’animation, informations télévisées d’archives ou réinventées, film dans le film, parodie de Macbeth… Le tragique se transforme souvent en farce et les personnages officiels en pantins grotesques.

Les acteurs qui les interprètent sont bien sûr formidables. Christian Bale, énorme et méconnaissable, incarne Dick Cheney, bon père de famille et monstrueux à la fois. Amy Adams, l’épouse parfaite, Steve Carell (Donald Rumsfeld) le maître à penser cynique, Sam Rockwell que nous retrouvons avec plaisir après sa formidable prestation dans « 3 Billboards » et qui incarne un George W. Bush pitoyable.

Les changements de style et de rythme qui surprennent les spectateurs, de même qu’une sorte de récitant, tantôt présent sur l’écran tantôt voix off, dont on connaitra la raison d’être à la fin, renforcent l’humour noir implacable présent tout au long du film. Nous partageons la compilation des adjectifs présents sur l’affiche !

Il nous montre aussi une époque pas si lointaine que ça, où la femme dans la société américaine n’avait pas la possibilité de se réaliser par elle-même, même bardée de diplômes, seul le mari permettait d’atteindre un statut social. C’est l’ambition de sa femme, Lynn, qui va pousser Dick Cheney, un homme plutôt médiocre au départ, à franchir sans scrupule toutes les étapes vers le pouvoir.

Malgré une santé fragile, dans l’ombre, il a tissé les fils pour cumuler des postes au gouvernement et dans le secteur privé. Politique, armée et industrie d’armement, Cheney était de chaque côté de ce triangle d’intérêt

Chez nous (en France), on reproche aux hommes politiques d’être formatés par l’ENA ou d’autres grandes écoles. Au pays de l’American Dream, Adam Mc Kay nous démontre avec un humour féroce, parfois un peu lourd et insistant, comment un ouvrier des télécoms alcoolique peut accéder au pouvoir suprême et déclencher des événements aussi graves qu’une guerre dont le monde subit encore des répercussions.

En sortant du cinéma, nous avons tenté de répertorier les présidents des Etats-Unis des cinquante dernières années « normaux » selon nos critères européens. Si on exclut les anciens acteurs de série B, les ex-alcooliques, ou stars de reality-show, il en reste peu !

Cependant, ce film décapant et critique sur des personnages publics encore en vie, a pu être réalisé et diffusé. Dans combien de pays ceci serait-il possible ?

30 Comment

  1. J »ai entendu à la radio que Dick Cheney est toujours haut placé et très influent, notamment auprès de Donald Trump. C’est à peine croyable

    1. Il vit toujours malgré ses attaques cardiaques à répétition. La mauvaise herbe est difficile à éradiquer 😉

    1. C’est pratiquement un film tout public, tellement il utilise des genres différents. C’est tout sauf ennuyeux !

    1. Il est vraiment l’incarnation de son personnage. Il y a un gros travail de maquillage mais aussi le talent de comédien.

  2. C’est vrai qu’ils ne font pas très sérieux ces Présidents d’un des plus puissants pays du monde … Mais on voit dans ce film que ce n’est pas toujours eux qui tirent les ficelles !

    1. On peut se demander, d’après le film, si ce n’est pas encore pire car ils se laissent facilement manipuler par des personnages opportunistes, plus intelligents certes mais aussi assez monstrueux.

  3. Votre critique fait vraiment envie et j’adore la question de fin de séance !! Bon, vacances scolaires obligent, il n’y a eu aucun « bon » film au cinéma de ma campagne … ils vont tous être programmés en même temps et celui là est dans ma liste ! Bon WE Mesdames.

  4. Grand film à propos d’un homme pitoyable et médiocre qui a quasiment mis le monde a feu et à sang. Une ordure… et le réalisateur choisit l’humour. C’est très fort.
    Pour la réponse à votre interrogation. Il semblerait que les démocrates sortent un peu du lot de débiles profonds qui sont élus dans ce pays.
    J’ai quand même réussi à rire. De toute façon je suis de plus en plus fataliste.

    1. Nous ne sommes pas sorties fatalistes de la séance, nous avons ri comme vous. Ce film nous ramène vers une actualité aussi dingue, ce qui nous révolte plutôt. Espérons qu’ils trouveront un candidat démocrate valable…

  5. PS. : je déteste ces affiches couvertes de superlatifs. J’essaie toujours d’en trouver où on ne nous dit pas ce qu’on doit penser d’un film. Ce n’est pas toujours simple.

    1. Ces affiches nous sont imposées, malheureusement… on aurait peut-être pu mettre une affiche étrangère ? Mais cette-fois, nous sommes tellement d’accord avec tous ces superlatifs !

  6. Ce film me tente déjà plus que le précédent !! De plus j’adore les acteurs principaux… Merci pour la découverte de ce film à l’affiche dont pourtant je n’avais pas encore entendu parlé ! Bon week-end à toutes les deux.

    1. Un film qui donne à réfléchir, mais qui plus fait passer un excellent moment !
      Bon courage pour la reprise !

  7. Je ne suis pas vraiment tentée par ces films à connotation politique.
    Mais s’il est bien joué pourquoi pas ?
    Merci pour vos avis toujours productifs .
    Belle journée à la neige je crois !

  8. Je viens de voir ce film. Le titre annonce le ton du film : « vice » et le « vice président » !
    Vous avez parfaitement bien résumé et analysé ce film décapant.
    Il m’a fait pensé un film : IL DIVO de Paolo Sorentino qui excellait : construction très originale d’un scénario pour mieux décrypter un homme politique et son entourage.
    Tous ces films font ressortir que nos politiciens, nos décideurs sont très sournois et arrivistes.
    J’en viendrais à ne plus vouloir voter car les dés sont toujours « pipés ».

    1. Il Divo était aussi un excellent film, plus mystérieux, plus calme, avec un Toni Servillo parfait dans le rôle d’homme politique sournois.
      Votre conclusion est très pessimiste, nous disons qu’il faut rester vigilant
      Merci pour votre commentaire

  9. Ah oui cela confirme tout le bien que j’ai entendu de ce film! Je le met donc dans ma wishlist. Merci pour ces avis tjours éclairés. J’ai vu Grace à Dieu dernièrement et javoue que la condamnation de Barbarin juste après m’a rassurée un peu sur la justice du pays. Bon dimanche!

    1. Nous n’avons pas encore vu ce film – il parle d’un sujet tellement révoltant ! D’autres condamnations devraient suivre dans le monde entier.
      Bon dimanche à vous aussi

Répondre à Sylvie Enfin moi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.