MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] The Mule

Ça y est, les Matching Points ont retrouvé le chemin des cinémas, il était temps !

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.
Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ».
Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre…

A la première image, on a un choc. On voit un vieillard, tout déglingué, c’est Clint ! Mais il garde son sourire de vieux charmeur.

Tout le long du film, on ne peut s’empêcher de faire la comparaison entre lui et le personnage qu’il interprète. Solitaire comme dans tous ses films, il est ici un vieux têtu égocentrique, dépeint avec une certaine autodérision dans son incapacité à manier les nouvelles technologies.

The Mule signifie d’ailleurs, comme en français, à la fois têtu et passeur de drogue. Solitaire et flambeur, il ne fait que ce qu’il lui plait. Il a mené sa vie comme il l’entendait, délaissant femme et enfant. Mais à la fin, la boucle sera bouclée, il aura fait la paix avec sa famille et lui-même. La dernière scène le montrant avec ses fleurs, est une image très paisible.

Vu son âge et le sujet, on a l’impression que c’est un film testament qui donne une seule leçon : l’important c’est la famille. Ce qui fait sourire lorsqu’on sait qu’il a eu huit enfants de six femmes différentes… Tout juste s’il n’endosse pas les habits du vieux sage ! Mais il ne renonce pas à quelques scènes de mâle performant qui nous laissent perplexes !

Il fait aussi passer un autre message, peut-être adressé à Trump, qu’il a pourtant soutenu pendant sa campagne, ce qui lui valut d’être considéré comme un « vieux réac ». A travers deux scènes formidables, il semble en effet défendre les mexicains et dénoncer le racisme envers eux.

Ce film est plein de références à ses traversés du désert à cheval dans ses rôles de « lonesome cowboy », mais ici il traverse son pays en voiture. Son vieux pick-up rappelle son merveilleux film Sur la route de Madison.

Cette fois, il n’est plus capable de jouer sur son physique, il sera l’objet de la violence, on est loin du Dirty Harry ! Mais il est malin et profite d’une situation amorale. Gagner sa vie en transportant de la drogue n’est pas quelque chose de glorieux en fait.

Le film est d’une conception plutôt classique et chronologique, découpé en chapitres qui correspondent à ses voyages.

Parmi la liste de très bons acteurs, nous avions du mal à reconnaitre Andy Garcia qui a pris quelques kilos de trop. Nous regrettons sa silhouette d’avant…

Ce n’est peut-être pas le meilleur film d’Eastwood, quelques scènes sont très mélo à l’américaine mais nous sommes sorties touchées de la séance.

Espérons que ce film à l’allure de testament ne sera pas le dernier !

24 Comment

  1. Très grande fan de Clint en tant qu’acteur et réalisateur. Tout le monde parle en effet de « film testament »; espérons que ce ne soit pas le dernier même si ce jour viendra inéluctablement. Je n’ai pas vu celui-ci, mais le rôle de vieux chnoque solitaire égocentrique, brouillé avec les siens, n’est pas sans rappeler « Grand Torino », où le vieux bougon s’avère avoir un cœur en or… Bon week-end à toutes les deux.

  2. Je me refuse à parler de testament. On diy déjà ça de Gran Torino il y a 10 ans… Clint a d’ailleurs plusieurs projets en cours.
    J’ai évidemment adoré parcourir les Etats unis en sa compagnie.
    Il demande pardon à ses femmes et ses enfants et obtient ce pardon. C’est très beau.
    Le film est anti raciste. J’adore ces contradictions puisqu’il a soutenu l’indéfendable.
    Il s’amuse beaucoup avec ce que vous appelez « quelques scènes de mâle performant » que d’ailleurs il élude intelligemment. Mais l’entendre dire « appelez mon carfiologue » m’a beaucoup amusée.
    Je suis touchée émue quand il joue au croulant (Il a 88 ans) mais je reconnais son allure et sa démarche de cow boy souvent et Bradley Cooper (très jolie scène de rencontre au comptoir) dit de lui dans une interview : « Il bondit de sa chaise ».
    Il est en forme et tant mieux.
    De toute façon sa maman a vécu centenaire.

    1. Il a de bons gènes et l’esprit clair ce qui nous permet de rester optimistes ! Quel chemin parcouru par cet homme acteur et réalisateur que nous suivons depuis tant d’années. Il n’est pas à une contradiction près, il a fait du chemin. Et il a gardé son charme !
      Nous attendons son prochain film…
      Bon weekend

  3. Comme le bon vin, il se bonifie avec le temps. Il sait très bien faire des films d’auteur qui, grâce à son nom, deviennent des succès commerciaux.
    Comme ses héros, il a sa part d’ombre mais l’essentiel n’est-il pas de passer un bon moment en regardant ce film. On ne lui en demande pas plus.

    1. Bien sûr, on passe de bons moments ! Nous aimons bien votre image du bon vin, c’est vrai, il se bonifie et se fait vieux sage…
      Bon weekend

  4. J’apprécie toujours vos commentaires qui correspondent toujours à ma sensibilité cinématographique.
    J’aime également votre ouverture sur les films étrangers ; vos critiques sont toujours très pertinentes.
    Je tenais à vous l’écrire car je lis et suis votre blog depuis des années.
    Merci à vous.
    Je n’ai pas vu ce film mais en inconditionnelle de Clint, même si ce film n’est pas parfait, je ne peux passer à côté.
    Bon weekend.

    1. Merci Françoise, votre mot nous fait très plaisir ! Nous sommes conscientes de notre responsabilité 😉 nos avis sont très subjectifs mais sincères. C’est vrai, nous aimons beaucoup regarder les films en VO, cela nous fait voyager…
      Encore merci pour votre fidélité et un bon weekend. Et si jamais vous voyez ce film, donnez nous votre avis à vous !

  5. J’espère voir ce film le weekend prochain. Hier, je suis allée voir « Mais qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu ». Une envie de mon fils pour se changer les idées après son BAC blanc. Une suite plutôt bien faite mais pas pour autant un grand film.

    1. L’une de nous l’a vu aussi. Un moment de gaieté, des tonnes de clichés totalement assumés… Pour les inconditionnels du genre !

  6. Il est sur la liste de mes films à voir en priorité
    J’adore l’acteur et le metteur en scène
    J’ai été choqué par le soutien à Trump mais s’il est revenu sur ses positions tout va bien
    Amitiés mesdames

  7. Je l’ai trouvé très attachant ce personnage malgré ses multiples défauts. Et oui, les scènes avec deux naïades à la fois, c’était le petit « kiffe » pas nécessaire !

  8. Je suis peu près d’accord avec votre critique, je serais même plus dure : c’est bourré de poncifs ! C’est vraiment parce que c’est Clint Eastwood, à son grand âge qu’il mérite notre indulgence mais j’ai été déçue !

    1. Ce n’est certainement pas son meilleur film, nous sommes vraiment d’accord avec vous ! A la sortie, nous avons ressenti une petite déception, mais aussi une émotion par rapport à lui, et au vieillissement tout court …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.