MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] The Spy Gone North et La saveur des Ramen

Séoul, 1993. Un ancien officier est engagé par les services secrets sud-coréens sous le nom de code « Black Venus ». Chargé de collecter des informations sur le programme nucléaire en Corée du Nord, il infiltre un groupe de dignitaires de Pyongyang et réussi progressivement à gagner la confiance du Parti. Opérant dorénavant en autonomie complète au coeur du pays le plus secret et le plus dangereux au monde, l’espion « Black Venus » devient un pion dans les tractations politiques entre les gouvernements des deux Corées. Mais ce qu’il découvre risque de mettre en péril sa mission et ce pourquoi il a tout sacrifié.

Comme le dit  Pascale  , il n’est pas évident de suivre les démêlés  de l’histoire ; il y a les deux Corée et la Chine, le début est très long et bavard et nécessite une grande attention. Mais petit à petit, le suspense s’installe, l’intrigue complexe se dessine, cependant  l’ambiguïté reste jusqu’à la fin ! Manipulation, cynisme et sincérité brouillent les pistes.

Le film de Yoon-Jong-Bin est plus qu’un film d’espionnage, il a bien plus à dire et à montrer parce que cet espion a réussi à pénétrer la Corée du Nord lors d’une période extrêmement dangereuse de l’histoire récente.  Nous rentrons dans un pays totalement inconnu sur lequel circulent peu d’informations. Sans vouloir trop raconter l’intrigue pleine de surprises, nous voyons une dictature qui pourrait faire sourire si la réalité n’était pas si dure et cruelle. Entre les rues colorées de Pékin et la grisaille de la Corée du Nord il y a tout le symbole d’une guerre froide !

La construction du film reste très classique, tout comme l’action, rien n’est superflu, pas de scènes spectaculaires. Les acteurs, et surtout le héros, sont formidables.

On pourrait reprocher une forme de naïveté  lorsque les vrais sentiments humanistes sont montrés trop explicitement. Mais c’est  aussi un moment d’espoir, surtout dans le contexte actuel et le rapprochement des deux Corée qui est vrai … ou encore un jeu de piste.

A voir …

Encore un film asiatique, mais d’un tout autre genre !

Masato, jeune chef de Ramen au Japon, a toujours rêvé de partir à Singapour pour retrouver le goût des plats que lui cuisinait sa mère quand il était enfant. Alors qu’il entreprend le voyage culinaire d’une vie, il découvre des secrets familiaux profondément enfouis. Trouvera-t-il la recette pour réconcilier les souvenirs du passé ?

Chaque pays a sa madeleine de Proust ! Pour Masato (Takumi Sait) c’est une soupe que le cinéaste singapourien Eric Khoo fait mijoter tout le long de son film. Nous assistons à l’élaboration de différentes recettes, c’est coloré et le spectateur arrive à presque sentir les  odeurs…

Bien sûr, la soupe est bien plus qu’un simple met. Elle le renvoie à son enfance, aux personnes disparues, par une suite assez maladroite de flashbacks. A travers sa recherche culinaire, il essaie de comprendre… C’est un peu longuet, certains diront fade, mais les images des mets sont appétissantes !

Comme dans le premier film, nous voyageons nous aussi et découvrons qu’en Asie du Sud-Est, la deuxième guerre a laissé des souvenirs douloureux et que les ressentiments du passé résistent encore de nos jours.

C’est doux et triste, et un peu naïf. Mais il y a les bons sentiments, alors pourquoi pas ?

Pour un après-midi en douceur…

22 Comment

  1. Je n’ai pas vu le second mais j’ai vraiment bien aimé le premier. Le cinéma asiatique a quelque chose de véritablement spécial, peut être un côté un peu naïf oui, on retrouve souvent ça ! J’aime beaucoup 🙂

    1. Le premier est vraiment le film d’espionnage classique, avec une intrigue compliquée et bien construit. Il faut s’accrocher un peu, mais nous avons beaucoup apprécié aussi.

  2. Je n’ai vu aucun des deux films et avoue que je me sens tentée ni par l’un, ni par l’autre ! Merci tout de même pour vos avis… je sais ce que je n’irai pas voir au cinéma cette semaine !! En revanche je suis allée voir « A Star is Born » suite à votre article. Ce film est remarquable, je n’ai qu’une envie : le revoir ! Bonne journée.

    1. Nous aimons bien le cinéma asiatique, mais il est particulier, c’est vrai.
      « A Star is Born » – c’est tout à fait autre chose, mais nous l’avons vu avec beaucoup de plaisir aussi. Apparemment nous avons su transmettre ce plaisir…!
      Bonne journée à vous aussi !

  3. J’ai vu la bande annonce du second et comme vous dîtes, « pourquoi pas ? », le premier me tente davantage, la vie de ce pays coupé en deux étant un tel mystère … Merci pour ces critiques !

    1. En ce moment même, on parle d’espionnage d’un français au service de la Corée du Nord, le film est dans l’actualité…et il nous montre ce pays mystérieux. A voir, à notre avis.

  4. Bonjour Matchingpoints, j’ai aimé les deux films chacun dans leur genre. Pour « The spy », j’aurais aimé le revoir car je n’ai pas tout compris mais il ne se donne pratiquement plus sur Paris. Je l’achèterai en DVD. Des spectateurs sont partis avant la fin, je pense qu’ils se sont ennuyés. Ce n’est pas James Bond. Mais la vie des espions, c’est plutôt celle que l’on voit dans « The spy ». Bonne fin d’après-midi.

  5. Le 1er est complexe mais formidable. Une histoire d’espions et d’infiltré sans scènes spectaculaires… Les scènes chez le ridicule dictateur font sourire et sont effrayantes.

    J’ai eu envie de voir le second… Et puis plus…

    Merci pour le lien.

  6. Bonjour, je découvre votre blog avec plaisir en ce dimanche pluvieux de décembre.
    Je ne suis pas sûre d’aimer le premier film, trop politique à mon goût, mais le second pourrais bien me tenter.
    Au plaisir de vous découvrir ces prochaines semaines.

    1. Bonjour, nous sommes ravies de votre visite – nous vous avons repêchée parmi les spams !
      On parle de politique dans le premier, mais comme dans tous les films d’espionnage. Si vous aimez plus de douceur, allez voir le deuxième.
      Passez une bonne bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.