MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] À l’heure des souvenirs

Dans son magasin de photographie de Londres, Tony Webster mène une existence tranquille. Sa vie est bousculée lorsque la mère de Veronica Ford, son premier amour, lui fait un étonnant legs : le journal intime d’Adrian Finn, son meilleur ami du lycée. Replongé dans le passé, Tony va être confronté aux secrets les plus enfouis de sa jeunesse. Les souvenirs sont-ils le pur reflet de la réalité ou autant d’histoires que nous nous sommes racontées ?

Ritesh Batra (The Lunch Box) a adapté dans ce film un roman de Julian Barnes « Une fille, qui danse » (The Sense Of An Ending).

Ce qui reste dans la mémoire n’est pas forcément la réalité qu’on a vécue mais celle que l’on se raconte. Et Tony raconte pour la première fois à son ex-femme son histoire d’amour avec Veronica. Ce récit sera remis en question lorsqu’il aura retrouvé Veronica et il sera de plus en plus assailli par la culpabilité.

Le film est construit sur l’alternance de scènes contemporaines et de flashback vers l’époque de la jeunesse du héros. Nous sommes alors plongés dans l’ambiance provinciale de l’Angleterre des années 60. Classes non mixtes, inhibitions, frustrations d’une époque maintenant lointaine. Aujourd’hui  la banalisation des divorces ou des techniques de fécondation a bouleversé les relations sociales ou amoureuses.

Tous les acteurs, jeunes ou moins jeunes, sont excellents.Charlotte Rampling est la plus connue des spectateurs français.  Tony Webster est incarné par le talentueux Jim Broadbent que nous avions apprécié dans « Another Year ». Il sert, avec son ex-femme (Harriet Walter) et sa fille (Michelle Dockery, actrices appartenant toutes deux à la « bande » de Downton Abbey) des dialogues savoureux à l’humour caustique. 1h48 de bonheur à les écouter !

Ce film représente l’excellence du cinéma d’auteur britannique : une histoire qui en cache une autre et maintient le suspense jusqu’au bout et le jeu subtil de formidables acteurs.

A voir…

 

26 Comment

  1. Voilà un film qui va me passionner, je suis bon public pour ce style de film
    Sans oublier la grande Charlotte Rampling que j’admire depuis « Un taxi Mauve » hier donc 😉
    J’admire aussi le fait qu’elle doit restée loin des bistouri et offre à nous femmes une porte vers l’acceptation de l’âge et de la grâce
    Belle journée mesdames

    1. Allez-y vite ; les films ne restent pas toujours longtemps à l’affiche, et ce serait dommage ! Bonne fin de dimanche

    1. Nous aussi aimons le cinéma anglais, comme les séries anglaises d’ailleurs ! Vous allez apprécier ce film
      Bonne journée

  2. Bonjour Matchingpoints, je n’étais pas trop tentée mais ce billet donne envie. Et on voit Charlotte Rampling de plus en plus souvent. Je l’ai vue tout récemment dans Red Sparrow. Bonne après-midi.

    1. Elle n’est pas le personnage principal du film. Elle apporte, comme souvent, le mystère dans l’intrigue. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.