MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[Cinéma] Pentagon Papers

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d’années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Le cinéma américain maîtrise à la perfection les films qui, partant d’un fait réel, démontent le mécanisme d’une machination. En déroulant une action dont l’issue est déjà connue, on arrive même à créer du suspense. Un des meilleurs films de ce genre ces dernières années fut   Spotlight.

Si en plus il y a un metteur en scène nommé Steven Spielberg, Meryl Streep et Tom Hanks comme acteurs, alors on peut s’attendre à un bon film. Et nous n’avons pas été déçues !

C’est une reconstitution réussie de l’époque, avec les manifestations contre la guerre du Vietnam. Nous nous souvenons de ces années avant l’ère Internet et portable où la presse écrite avait encore presque le monopole sur l’opinion. Les informations passaient par téléphone, fax, par courrier. Les fake news étaient plus rares et circulaient moins rapidement.  Dasola parle à juste titre des belles images de rotatives, le journal est encore fait « à la main », chaque lettre doit trouver sa place avant d’être imprimée. Une époque bien révolue ! Le film, n’est-il pas aussi un hymne à la presse écrite ?

La liberté et l’indépendance de la presse se heurtent ici aux intérêts politiques ; le journaliste peut-il divulguer des documents secrets ? Ben Bradley fait tout pour publier, aussi pour redonner un nouvel élan au journal. Mais Katharine Graham, la propriétaire, freine. Elle fréquente les hommes politiques et est une amie de McNamara, alors Secrétaire d’Etat à la Défense, qui est très impliqué dans ces affaires. Elle doit trancher entre l’amitié fidèle et le devoir de journaliste.

A travers elle, on voit aussi la place de la femme dans cette société, une place bien définie et réduite. Elle n’a pas choisi d’être à la tête de ce journal, elle semble plus à l’aise dans les diners mondains entourées d’amies comme on la voit dans plusieurs  scènes, toujours impeccable dans ses tailleurs et tenues de soirée. La presse était encore un monde d’homme. Nous suivons son évolution, sa prise d’assurance et finalement son émancipation.

Le film est très classique dans sa construction, linéaire et chronologique. Tout parait simple, fluide, malgré les longues discussions. Les deux acteurs font partie de la machine qui tourne parfaitement pour en faire un bon film. Tom Hanks joue avec beaucoup de dynamisme et puissance et Meryl Streep prouve encore une fois qu’elle sait tout jouer !

La dernière scène se situe dans l’immeuble « Watergate » où un cambriolage a lieu… Le prochain scandale s’annonce et c’est une référence au film  « Les hommes du président » d’Alan J. Pakula, une autre œuvre à la gloire du journalisme d’investigation.

A voir…

 

 

 

24 Comment

  1. J’allais écrire que cela me faisait penser au film avec Dustin Hoffman et Robert Redford et j’ai vu que vous aviez eu cette idée aussi, je pense que j’aimerais beaucoup ce film aussi ! Bon dimanche !

    1. Nous ne les avons pas vus, on ne peut pas tout voir ! Mais parfois il y a de séances de rattrapage à la télé…

  2. Ce film est sur ma liste et après lecture de votre article…… je ne vais pas tarder à aller le voir. Bonne soirée Mesdames.

    1. Nous sommes toujours contentes d’avoir les avis en retour ! Parce que parfois, même les matchingpoints n’ont pas le m^me avis !
      A bientôt

  3. J’ai beaucoup aimé ce film, moi qui vais très peu au cinéma, mais je ne voulais pas le rater car j’aime la presse et les journalistes. Comme vous, j’ai trouvé très intéressant les images qui montrent la fabrication du journal, et l’évolution de cette femme vers la liberté. C’est d’ailleurs très symbolique qu’elle apprenne à être libre au fur et à mesure de cette histoire où la vérité doit être dite.
    Bonne journée.

    1. Tout à fait, et pour certains critiques, ce symbole est un peu trop lourd et insistant.
      Que de chemin parcouru pour la femme, pour la rapidité de l’information, mais il reste encore tant à faire pour la vraie liberté de la presse.
      Merci pour votre passage chez nous

  4. Bonjour Matchingpoints, j’avais vu en 2003, un documentaire passionnant : The Fog of War sur Robert McNamara (je le conseille). Et oui, les rotatives dans la salle des « machines » si je peux dire, est impressionnante. Bonne journée.

  5. Votre avis me fait renouer avec ce film que j’ai maintenant envie de voir. J’ai tellement entendu d’avis négatifs sur le fait qu’il y avait beaucoup de longueurs notamment. Mais rien que pour ce duo du tonnerre et le sujet, je suis certaine qu’il vaut le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.