MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Mood

[Mood] Comme un air du bon vieux temps

C’est l’un de mes premiers souvenirs après mon arrivée en France en octobre il y a fort longtemps déjà (pour ceux et celles qui ne nous suivent pas – un mariage d’amour et donc un exil…)

Sur le buffet de la cuisine ou de la salle à manger des familles françaises trônait ce calendrier kitsch, parfois la seule décoration, comme un tableau de maître. C’était la preuve que le facteur était passé pour ses étrennes de fin d’année. Il y avait, et il y a d’ailleurs toujours, en plus du calendrier avec les noms des saints, les plans de la ville, la carte de France avec les départements, et quelques renseignements utiles comme le numéro de téléphone des pompiers…

Et à une époque de télécommunications sophistiquées, cet objet kitsch existe toujours ! Et comment le refuser lorsque le facteur sonne à la porte ? Le notre est plus que charmant, avec des yeux clairs bien pétillants, il arrive tous les jours sur sa moto de bonne humeur et nous avons pris encore une fois son almanach que nous n’aurions jamais acheté dans aucun magasin au monde !

Mais on parie que dans quelques années, ces calendriers feront partie des objets vintage, témoignage du bon vieux temps…

12 Comment

  1. La semaine dernière, je suis partie en exploratrice dans le grenier de mes parents. Je cherchais des récipients en verre. J’ai trouvé une pile de calendriers de la Poste, année 80, 90.
    J’ai dit à mes parents en désignant ce carton plein de poussière – On pourrait peut être mettre ça à la poubelle ! Pas de réponse. Je persiste en disant – Pourquoi garder ça ! Et mon père a eu cette réponse sans appel – Parce que.
    Je suppose qu’il y a beaucoup de piles de calendriers dans les greniers français.

  2. Je continue de l’acheter à mon facteur poète, chaque année ! Kitsch au possible, mais tellement de souvenirs y sont associés que c’est comme une petite madeleine dégustée chaque jour de l’année. Bon, je l’avoue, il ne trône pas sur le buffet, mais je sais qu’il est là, rassurant !

  3. Ah oui ces calendriers que jai tant vus chez mes grands-parents.
    Nous cest La conciergequi nous distribue Le courrier sous les paillassons. Pas de passage du facteur donc.
    BiSe Et quelle belle histoire d’exil et d’amour.::

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.