MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] Harmonium

Dans une discrète banlieue japonaise, Toshio et sa femme Akié mènent une vie en apparence paisible avec leur fille. Un matin, un ancien ami de Toshio se présente à son atelier, après une décennie en prison. A la surprise d’Akié, Toshio lui offre emploi et logis. Peu à peu, ce dernier s’immisce dans la vie familiale, apprend l’harmonium à la fillette, et se rapproche doucement d’Akié.

Il s’agit d’une tragédie mais à la japonaise. Nous partageons d’abord le quotidien et les repas de cette famille de la classe moyenne. Mais le spectateur  sent que la vie un peu monotone qui tourne autour du travail et de leur fille sera perturbée par l’arrivée de l’inconnu qui sera l’instrument de la tragédie. Après des surprises et des rebondissements, s’installe aussi un suspens, on frôle le thriller, mais nous n’en dirons pas plus…

C’est presque un huis-clos avec très peu de personnes. Le couple ne se parle pas, l’homme est très rustre, la femme veut donner à sa fille une bonne éducation, on ne sait rien d’elle. Le mari représente à lui seul les non-dits, la culpabilité, le refoulement et l’autopunition ; l’inconnu, grande silhouette vêtue de blanc tel un fantôme incarne la rancœur. Les masques tombent finalement, derrière la politesse figée se cache une vérité sinistre, tout n’est qu’illusion.

Nous aimons beaucoup le cinéma asiatique et le cinéma japonais. Ici encore la mise en scène est très belle à l’instar de l’affiche, tout est cadré et précis, rien d’inutile dans ce style rigoureux. Pourtant on aimerait en savoir plus, avoir plus de détails, mais justement, cela reste très concis.

De bons acteurs qui ne surjouent pas, même lors des moments de grande tension.

Nous ne saurions expliquer pourquoi, mais  il reste comme un goût fade en sortant. Peut-être dû à la retenue d’une mise en scène à la japonaise justement. Peut-être aussi à cause d’une fin frustrante, comme dit Dasola  . Un film qui n’est pas sans nous rappeller Tel père tel fils  de Kore-Eda Hirokazu.

Toutefois un film à voir !

17 Comment

  1. Je ne connais pas bien ce cinéma mais comme mon fils veut améliorer sa culture cinématographique, je note ce film. Par contre, il faut que je patiente un peu, le cinéma de Carnac est en vacances jusqu’au 24 janvier.

    1. Ce genre de film n’est pas distribué partout, mais avec un peu de chance vous le trouverez dans des salles style ciné-club. Bonne journée

  2. Savez-vous que j’ai abandonné les salles obscures depuis des mois, je le regrette du reste
    Comme toujours vos critiques sont parfaitement menées, constructives car honnêtes
    Ce film ne sera pas dans mes premiers choix car vous semblez mitigées et réservées
    Bonne soirée mesdames

    1. On ne peut pas tout faire, aller en vacances en Thaïlande et au cinéma 😉 Nous pensons que vous avez bien fait, pour le cinéma vous trouverez d’autres moments…Bonne soirée

  3. Je connais mieux la littérature japonaise que le cinéma, Mais dans ces formes d’art, j’aime la retenue et la délicatesse, même dans les sujets les plus dramatiques. Votre description du film, même si vous êtes ressorties de la salle avec une opinion mitigée, me donne envie de le voir. Le synopsis me fait penser, le drame en moins, au livre d’Aki Shimazaki, AZAMI, une auteure que j’aime beaucoup (j’avais d’ailleurs parlé du Poids des Secrets, une série de romans tous plus merveilleux les uns que les autres). Dans le style policier, je vous conseille HOKUZAI, l’histoire de 3 amies ayant assisté au meurtre d’une de leurs amies enfants, et qui portent le poids de ce drame. Tout en finesse et en suspens.

    1. Si vous aimez le cinéma japonais, vous aimerez « Notre petite sœur » de Hirokazu, toute en retenue. Nous avons vu la première partie de Hokuzai, nous avons manqué la deuxième, et sommes très frustrées du coup. Peut-être aurons nous l’occasion de voir la suite de ce film qui nous avait impressionnées.
      Pour « Harmonium », nous aimerions avoir votre avis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.