MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[Cinéma] Cézanne et moi

Ils s’aimaient comme on aime à treize ans : révoltes, curiosité, espoirs, doutes, filles, rêves de gloires, ils partageaient tout. Paul est riche. Emile est pauvre. Ils quittent Aix, « montent » à Paris … Tous hantent les mêmes lieux, dorment avec les mêmes femmes… Aujourd’hui Paul est peintre. Emile est écrivain. La gloire est passée sans regarder Paul. Emile lui a tout : la renommée, l’argent, une femme parfaite que Paul a aimée avant lui. Ils se jugent, s’admirent, s’affrontent. Ils se perdent, se retrouvent, comme un couple qui n’arrive pas à cesser de s’aimer.

Nous nous sentions presque obligées d’aller voir à quelle sauce Danièle Thompson avait accommodé deux gloires de notre région. Une parisienne, qui, jusqu’à présent, avait fait des films (que nous avions bien aimés) plutôt bobo-chic et dont les personnages et les centres d’intérêt ne dépassaient pas le 75, venait tourner entre la Sainte Victoire et les Calanques !

Ne boudons pas notre plaisir, nous avons passé un excellent moment en regardant ce film soigné ! Deux acteurs très à la mode, Guillaume Canet et Guillaume Gallienne, incarnent respectivement Zola et Cézanne. Ils interprètent ces personnages à la hauteur de leur talent personnel, excessif et tourmenté pour l’un, plus mesuré pour l’autre. Les rôles féminins, mères ou compagnes, distribués dans un casting très cohérent, agissent comme des catalyseurs dans l’évolution des deux artistes et de leur amitié.

La très belle photographie rend hommage aux couleurs et à la luminosité des paysages provençaux comme aux intérieurs des soirées de Médan.

Soyons indulgentes, contrairement à certains critiques, pour l’accent provençal du parisien Guillaume Gallienne. On a entendu pire !

Nous ne pouvons pas juger de la véracité historique de tous les faits et paroles mais nous avons apprécié la belle reconstitution de cet âge d’or où se côtoyaient Manet, Renoir, Pissarro, Bazille, Cézanne tous ces « refusés » présents aujourd’hui dans les musées du monde entier.

 

20 Comment

    1. On peut bien sûr trouver quelques facilités dans ce film et la presse s’est chargée de les mettre en évidence. Nous avons tout simplement passé un bon moment de détente et quelques fois cela suffit à notre bonheur de fans de cinéma !

  1. Pas évident en effet d’imiter un accent. Si cet aspect n’est pas trop gênant (parfois ça peut gâcher l’expérience), ce film m’intéresse beaucoup, si ce n’est que pour retrouver cette lumière si unique de ce joli coin de France que j’aime tant.

    1. Il n’y a que les acteurs qui sont nés et qui ont vécu dans le Midi comme Daniel Auteuil ou Philippe Caubère par exemple qui peuvent reprendre un accent authentique. Pour tous les autres ce n’est pas naturel, ce n’est que de l’imitation plus ou moins heureuse. Vous retrouverez la lumière sur la Sainte Victoire et sur les rochers orange des carrières de Bibémus.

  2. C’est sympa de passer un bon moment, cela fait du bien. Dimanche je vais aller voir « Radin3 pour faire plaisir à mon fils alors que le film ne me tente pas.
    Sinon, la semaine dernière, j’ai vu Victoria, j’ai bien aimé.

    1. Toutes les critiques ne sont pas bonnes, mais nous avons passé un moment agréable. N’est-ce pas le plus important ?

    1. Vous seriez ravie de redécouvrir les beaux paysages Aixoises qui sont sous la pluie aujourd’hui…
      Bonne journée

  3. vous me donnez l’envie de le voir, cela changera des films qui sont à l’affiche sur tous les malheurs du monde et qui me stresse énormément en ce moment, même si les critiques des journalistes ne sont pas toujours bonnes, mais je pense qu’il faut se faire une opinion soit même, et cette région et ces peintres que j’adore, alors allons nous distraire. Pour Victoria j’ai été mitigée c’est pour moi trop brouillon
    enfin chacun ses goûts et parfois cela dépend comme on est à ce moment là, on reçoit un film bien ou pas
    j’aime beaucoup votre site depuis que je l’ai découvert par ma fille, il me fait « voyager »

    1. Merci, nous sommes contentes de vous faire voyager !
      C’est vrai, on perçoit un film aussi selon ses humeurs et on le juge en fonction, sauf les vrais critiques bien sûr !
      Cézanne et moi, ce sont de belles photos, une belle reconstitution, mais aussi le récit de cette amitié. Un beau divertissement intelligent
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.