MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Culture

[Culture] Le Printemps du livre – Cassis 2016

Le rendez-vous littéraire annuel est ici ce « Printemps du livre » de Cassis où nous aimons bien nous rendre, dans le décor de l’amphithéâtre de la Fondation Camargo avec vue imprenable sur le Cap Canaille.

On y retrouve des écrivains confirmés et même quelques célébrités puisque l’animateur des rencontres est cette année Patrick Poivre d’Arvor. Samedi après midi nous avons assisté aux prestations de Philippe Claudel pour son dernier roman « L’arbre du Pays Toraja » et de Didier Decoin pour « Le dictionnaire amoureux des faits-divers ».

 

Nous n’avons encore rien lu de Philippe Claudel mais nous avions apprécié deux de ses films « Il y a longtemps que je t’aime » et « Tous les soleils » dont nous avions parlé  ici

Bien que se présentant comme plutôt taiseux car originaire des Vosges, il s’est exprimé avec une grande qualité et simplicité d’élocution passant de témoignages personnels en tant que romancier et cinéaste à des considérations plus profondes notamment sur la vie et la mort, sujet de son dernier roman : « Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. »

Il s’est exprimé plus particulièrement sur une sorte de mission qu’ont les vivants d’apprécier et de célébrer la vie, comme une procuration donnée par les morts à ceux qui ont la chance d’être restés en vie. Les réponses aux questions posées par le public lui ont permis de parler des relations entre la littérature et le cinéma. Une rencontre riche, un intervenant agréable dont la sincérité, l’humour et l’intelligence nous ont enthousiasmées.

Le deuxième invité, Didier Decoin, lui aussi écrivain et homme de cinéma, a soutenu l’attention de l’auditoire par son talent de conteur, réussissant à faire rire au récit de faits divers tragiques qui l’ont fasciné depuis son enfance. Aucun fait divers relaté dans le livre ne se déroule à Marseille, pourtant riche en événements sanglants (pour la précision quelques cadavres ayant même été jetés du haut du si beau Cap Canaille !). A la question qui lui fut posée sur ce manque, il répondit qu’il s’intéressait à l’aspect unique et marqué par le destin, le fatum, des faits divers et, à Marseille, ils sont tellement répétitifs qu’on peut les comparer à une véritable épidémie. Rires complices de l’assistance.

Une ambiance chaleureuse et détendue, point trop de snobisme intellectuel ni de parisianisme bien que PPDA n’ait pas résisté à un certain narcissisme en intervenant souvent à la première personne pour relater des faits personnels au lieu de s’effacer derrière les invités.

32 Comment

  1. Je retiens le livre de Philippe Claudel pour mes prochaines vacances. J’aimerai savoir comment il traite ce sujet. Personnellement, j’ai beaucoup évolué depuis la mort d’un ami qui a laissé derrière lui sa fille de 10 ans et sa femme. Il avait 44 ans. J’ai compris combien la vie est précieuse et superbe.

    1. Ce livre lui a été « inspiré » par la mort de Jean-Marc Roberts, son éditeur et ami. Après un deuil on comprend mieux en effet la chance qu’on a d’être vivant.

    1. Nous avons vu un peu toute sorte d’écrivains dans ce genre de rencontres, nous apprécions surtout ceux qui s’expriment avec clarté, simplicité et humour sans « se la péter » (« sans forfanterie » étant plus littéraire 🙂 )

    1. Jusqu’à présent les rencontres étaient animées par Antoine Spire, moins connu (pas du tout people) donc plus modeste. Heureusement que les écrivains de ce samedi avaient du bagout eux aussi !

  2. J’adore ces rencontres ! En plein air en plus … vous avez de la chance !!
    J’aime beaucoup les livres de Philippe Claudel. Mon préféré reste « La petite fille de Mr Linh » que je vous conseille vivement !
    J’ai également hâte d’avoir votre avis sur son dernier livre …

    1. Nous allons nous appliquer à mieux connaitre l’écrivain puisque le cinéaste nous avait déjà fort intéressées.

  3. Toujours intéressant ces salons du livre.
    Philippe Claudel écrivain ou réalisateur je l’apprécie dans les 2 registres,un personnage très intéressant et discret.
    Je confirme à lire « la petite fille de Mr Linh » superbe beaucoup d’émotion!

    1. Chaque printemps, nous essayons de ne pas manquer ce rendez-vous littéraire. Combien de fois nous étions séduites par les écrivains en parlant de leurs oeuvres, comme Philippe Claudel !

  4. je devais être à Cassis pile pour ce salon du livre, et je me retrouve coincée dans le froid parisien! Vous lire me fait encore plus le regretter! J’aime beaucoup Philippe Claudel, la justesse de son écriture, et des thèmes toujours poignants.

    1. Nous avons quand même renoncé à y aller dimanche : mistral à 100 km/h. Ici soleil ne rime pas forcément avec beau temps. Nous découvrons grâce à ce post de nombreuses fans de Philippe Claudel.

  5. Et dire que j’habite au dessus de Cassis , et n’étant pas une fervente lectrice je ne me suis pas intéressée à cet événement !
    En plus c’est une petite ville si agréable en hors saison bien sûr !
    Mais quelle lacune !
    Je retiens aussi le livre de Philippe Claudel , il serait temps que je m’y mette !
    Vous êtes donc à Cassis Admin ?
    merci pour ce billet intéressant !
    Bonne journée !

  6. Même en dehors de ce rendez-vous littéraire, j’irais volontiers faire un petit tour à Cassis. Le sud et la belle saison m’appellent, il fait si froid et moche ici.

    1. Il y avait un petit mistral, il dégageait le ciel et le soleil était bien présent. Mais il ne faisait pas chaud non plus !

  7. Non malheureusement je ne l’ai pas rencontré mais j’avais vu une émission où il était présent,très discret mais si intéressant à écouter!
    Je viens d’aller voir votre billet sur le film « tous les soleils »,tout comme vous un bon moment accompagné de cette si belle musique.

    1. Peut-être ici, dans ce contexte, le snobisme parisien est le contraire de l’ambiance conviviale et simple que nous avons le plaisir de retrouver chaque année ? A discuter…Mais rassurez-vous, nous ne faisons pas de l’antiparisianisme ! Bon weekend

  8. C’est toujours un moment intéressant de rencontrer l’auteur le livre de Claude me tente un auteur que j’aime bien, bon 1er mai Mesdames

    1. Parfois nous ne connaissons les intervenants que de nom, parfois il s’agit des auteurs dont nous avons lu les livres. Dans tous les cas, c’est un bon moment dans un cadre très agréable. Bonne semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.