MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] Les Innocentes

Pologne, décembre 1945. Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise. D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher. Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser…

Film très féminin d’Anne Fontaine où domine une certaine douceur malgré la situation dramatique et la violence sous-jacente. Nous y avons retrouvé des échos de « Ida » et de ses paysages de neige en Pologne, comme on le voit sur l’affiche, et de « Magdalena Sisters » et « Philomena », dans l’approche du tabou de la maternité hors mariage. Ici cependant l’univers de la clôture paraît moins rude. Un film pudique qui aurait pu exploiter les scènes de viol, mais garde une certaine retenue et offre quelques instants de lumière, dans tous les sens du terme car il faut signaler une photographie très soignée.

Les actrices sont très justes. Lou de Laâge, la jeune interne courageuse, mais surtout les sœurs polonaises Agata Buzek et Agata Kulesza, déjà remarquée dans « Ida » dont nous avions parlé  ici , ont un jeu nuancé.  Vincent Macaigne dans son rôle de médecin cynique au grand cœur ajoute une touche d’humour salutaire à ce film qui ne sombre jamais dans le misérabilisme ou le mélo, ce qu’on aurait pu craindre à la lecture du synopsis.

24 Comment

  1. Je viens de le voir cet A.M et je partage totalement votre commentaire.
    J’ai vu à la fin du générique que la véritable « héroïne » Madeleine PAULIAC était décédée en 1946 à l’âge de 34 ans….c’est jeune!

    1. Une mort prématurée. C’est d’ailleurs son neveu qui serait à l’origine du film. Elle était médecin-chef alors qu’elle n’a pas un grade aussi élevé dans le film.

  2. J’ai entendu de bonnes critiques de ce film. Votre avis ne fait que renforcer mon envie de le découvrir, d’autant plus que vous soulignez la qualité de la photographie (du reste l’affiche de ce film me plait beaucoup!).

  3. Mais vous passez votre temps au cinéma, mesdames ! Moi, je rêve d’avoir plus de temps pour y aller …
    Je viens de relire votre ‘Qui sommes nous’, rien à changer, c’est clair et donne bien le ton de votre duo.
    Je l’avais lu la première fois que je suis venue sur votre blog, mais je ne m’en souvenais plus.

    1. C’est vrai, nous adorons le cinéma !
      Pour la page d’accueil, merci de l’avoir relue…et de « valider »…
      Bonne soirée

    1. Nous l’avons beaucoup aimé pour sa pudeur et la justesse ; le sujet se prête pourtant à plus de voyeurisme !
      Bonne soirée

    1. Il est vrai, le sujet est difficile, ce n’est pas une comédie, mais on ne sort pas traumatisé de la séance. !

  4. Très envie de voir ce film depuis que j’en ai vu la bande-annonce et encore plus depuis que j’ai lu votre critique ! Si en plus les images et les cadrages sont soignés, ce film me plaira certainement.

  5. J’en ai pensé à peu de choses près la même chose ! J’avais vu Ida également, il en a peut être un peu l’atmosphère.

  6. Pas le temps en ce moment d’aller au cinéma j’espère pouvoir me rattraper bientot et la façon dknt vous le présentez me donne envie de le voir merci a vous de ce partage

    1. Le sujet est traité sans voyeurisme eccessif ni recherche de la violence pour la violence. Bonne journée.

Répondre à admin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.