MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Culture Lecture

[Lecture] Roman Nègre – Dan Franck

Rien à voir avec une couleur de peau, le personnage principal est un écrivain qui écrit à la place des autres, le plus souvent plus célèbres que lui.

Roman en partie autobiographique puisque Dan Franck a longtemps été un « porte-plume ». Nous, nous préférons l’expression « ghost writer » (l’écrivain fantôme).

L’éditeur Grasset présente le livre ainsi : « un exercice de haute voltige à coulisses, à tiroirs, à codes et à noms cryptés où Dan Franck met en scène, en abîme et en masques toutes les situations rocambolesques qu’il a connues dans sa vie antérieure de « nègre » ».

Il y a en effet plusieurs romans ou récits dans ce roman, deux « nègres » qui s’échangent leurs clients mais qui écrivent en secret le livre de leur vie. Les histoires se croisent au fil des chapitres, il est parfois difficile de distinguer la réalité de la fiction, de repérer la chronologie ou de situer les personnages : on retrouve pêle-mêle un médecin-écrivain, un footballeur, des agents véreux, des éditeurs, une vieille starlette, des politiciens, les otages enlevés au Liban en 1984 et un malheureux médecin juif libanais…

Nous aimons bien en général les romans à tiroirs, celui-ci pourrait être brillant mais l’auteur de cet exercice de haute voltige perd quelquefois son lecteur (ou sa lectrice) qui reste en suspens faute de comprendre SES codes. Dan Franck évolue dans un monde, ou même un arrondissement parisien, qui décode sûrement les noms cryptés (est-ce que ceux qui s’appellent Blanc, Noir ou Blanche Nègre sont vraiment « décryptables » ?!) mais, à part avoir compris que le footballeur Z. est Zidane, les lectrices de base que nous sommes se sont retrouvées piteusement larguées !

Il reste quand même une leçon à tirer après avoir vu évoluer ces faussaires du monde des livres : nous regarderons les émissions littéraires avec un autre œil puisqu’il paraît que sur le même plateau de télévision peuvent se croiser un « auteur » et son « nègre », chacun défendant son « œuvre » ….

PS : y aurait-il quelques décodeurs parmi nos lecteurs ? Qu’ils n’hésitent pas à nous éclairer !

11 Comment

  1. Je ne vais donc pas l’acheter, je déteste lire des romans compliqués lorsque je travaille, bref, votre critique me refroidit 😉
    Je pense qu’il existe quelques nègres, qui travaillent beaucoup …..
    Bonne soirée mesdames

  2. je doute de pouvoir vous aider ! A la lecture de votre critique, je passe mon tour mais par contre, je comprends votre frustration. J’ai horreur de ces livres qui me laissent pleine d’interrogations me demandant toujours si c’est le livre … ou moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.