MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Théâtre

[Théâtre] « Momo » et « Ne me regardez pas comme ça »

Finir cette année si particulière en allant voir deux pièces de Boulevard à Paris, dans ces théâtres bien parisiens, n’est-ce pas un programme d’immersion dans la bonne humeur ?

La première pièce, « Momo » de Sébastien Thiéry au Théatre de Paris, avait été extrêmement bien accueillie par les critiques et avait bénéficié d’une promo omniprésente dans les médias  !

Un soir, en rentrant chez eux, monsieur et madame Prioux découvrent avec stupéfaction qu’un certain Momo s’est installé chez eux. Momo est revenu chez ses parents pour leur annoncer son mariage. Les Prioux, qui n’ont jamais eu d’enfant, tombent des nues… D’autant que tout semble prouver que Momo est bien leur fils. Momo est il un mythomane ? Un manipulateur ? Les Prioux ont-ils oublié qu’ils avaient un enfant? 

Cela commence très bien… Ce couple bourgeois (Muriel Robin et François Berléand) est en train de faire ses courses dans un supermarché ; cette situation énervante et stressante autour du caddie est toujours propice à quelques gags… Les deux acteurs sont drôles et justifient leur réputation ; mais  les spectateurs semblaient acquis dès le départ et démarraient au quart de tour à la moindre grossièreté, les réparties qui suivaient se retrouvaient couvertes par les éclats de rire systematiques. Arrivent Momo, sourd-muet et sa fiancée aveugle et grosse. Humour discutable ! Cette lourdeur autour du handicap nous a gênés, mais à provoqué l’hilarité du public.

Muriel Robin, en mal d’enfant, est drôle et émouvante, Berléand joue bien l’homme dépassé par les événements, le décor et la mise en scène sont très soignés. Mais il y a trop de sujets amassés en une seule pièce, la société de consommation, une femme en manque d’enfant, le handicap… C’est par trop ambitieux !

Nous aimons rire de tout, nous avons même le sens de l’humour noir, mais les gags insistants  sur le handicap et le public trop bon enfant nous ont agacés !

Théâtre des Variétés pour la deuxième pièce, « Ne me regardez pas comme ça » d’Isabelle Mergault.

Victoire Carlota, ancienne star de cinéma aujourd’hui ruinée, décide de faire écrire ses mémoires. Elle croit rencontrer Marcel, mais son éditeur lui envoie Marcelle, auteure d’un livre de cuisine à succès… sur le riz. A travers un voyage en Italie où elle a tourné ses plus grands succès, Victoire essaie de se rappeler, accompagnée de Marcelle qui bouscule les habitudes de la star. Au gré des rencontres, une complicité se crée entre les deux femmes, entre Rome et la campagne italienne…Victoire se souviendra-t-elle ? Montrera-t-elle son vrai visage à quelqu’un ?

Nous connaissions l’humour et la présence pétillante d’Isabelle Mergault, mais pas la chanteuse yéyé Sylvie Vartan reconvertie en comédienne !

Disons tout de suite, Sylvie Vartan ne semble pas être une actrice extraordinaire, elle ne se débrouille cependant pas trop mal dans son rôle d’actrice d’antan, Greta Garbo a visiblement servi de modèle. Son personnage de femme égocentrique et hautaine n’est pas vraiment flatteur, mais elle se moque de ses rondeurs, parce que oui, Sylvie Vartan a des rondeurs… et cette autodérision la rend extrêmement sympathique !

L’histoire est simple, mais la gouaille et les répliques d’Isabelle Mergault, comme d’habitude très à l’aise dans ses jeux de mots, sauvent le spectacle et en font une comédie légère, un divertissement qui nous a fait sourire. Et là encore un public très enthousiaste…

Tout le monde sait que le public des pièces de Boulevard parisiennes est surtout composé de provinciaux. C’est donc un « bon public » prêt à se divertir et prêt à rire de tout, prêt aussi à exagérer l’hilarité. Nous n’avons pas autant adhéré à la vertu comique de ces deux pièces… parce que certaines réparties nous ont échappé !

 

 

 

18 Comment

  1. Quand je suis en France, je tombe parfois sur des pièces de théâtre filmées qui passent à la télé et je me dis chaque fois que ça serait génial un jour d’en voir une en vrai. C’est sûr, il y a du bon et du moins bon… Belle semaine à vous deux 🙂

    1. Nous aimons aussi voir ces pièces à la télé, mais ces théâtres parisiens avec leurs fauteuils en velours rouge méritent le détour ! En vous lisant, nous avons l’impression d’avoir été très dures dans nos critiques…

  2. Je crois que je j’aimerais pas trop Momo, l’humour c’est bien, mais un peu de finesse ne nuit pas !
    Vous avez raison, le problème c’est souvent le public ! Les « gens » rient même parfois avant que le comédien ouvre la bouche ! C’est pénible ce manque de respect.

  3. Sylvie Vartan est une grosse bosseuse et compense à mon avis son peu de talent
    La première n’a pas l’air de vous avoir trop passionné
    Vous avez de la chance de voir autant de pièces mesdames
    A Bordeaux les programmations sont moins riches et variées
    Bonne soirée mesdames

    1. En effet, Sylvie Vartan est une bosseuse et n’a pas démérité. Nous profitons de nos séjours parisiens pour faire un maximum de choses ; à Marseille il y a aussi des théâtres, mais ces pièces de Boulevard sont des classiques parmi les sorties parisiennes. Bonne nuit

  4. Bonjour Matchingpoints, Momo m’aurait tentée rien que pour Muriel Robin mais j’ai trouvé que les places étaient chères. Pour la deuxième pièce, pas tentée plus que cela. Bonne fin d’après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.