MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Culture Expos

[Exposition] Léonard de Vinci

La  Pinacothèque  de Paris présente quelques feuillets du Codex Atlanticus de Léonard de Vinci.

1

Le choix varié des dessins permet d’appréhender les multiples facettes de celui qui est considéré comme le plus grand génie de tous les temps.

Il nait en 1452 à Vinci, un village de Toscane, dans ce XVème siècle où se croisent à Florence les plus grands artistes de la Renaissance, soutenus par les Médicis. Autodidacte, il a touché à tous les domaines de l’art et de la science. Léonard est aujourd’hui principalement connu comme peintre à cause de la célébrissime Joconde mais lorsque en 1483 il se rend chez les Sforza, Ducs de Milan, il vante surtout ses inventions d’ordre militaire : ponts, catapultes et char d’assaut dont on peut voir les dessins et les reproductions sous forme de maquettes en bois.

Il a aussi de grands projets d’urbanisme pour Milan, notamment hydrauliques : il conçoit un système d’écluses pour les canaux (i navigli). Il dessine également de nombreux décors et organise des scénographies pour les fêtes somptueuses données par les Sforza, œuvres  éphémères. Il reste heureusement dans l’Eglise Santa Maria delle Grazie une de ses œuvres majeures, la fresque de la Cène.

En avance de 4 siècles il prévoit des machines volantes, ancêtres de l’avion et de l’hélicoptère, un homme grenouille également. Il devance Galilée, Copernic et Newton dans ses recherches sur le mouvement de la terre.

Il est un des pionniers de l’Humanisme et s’intéresse à l’homme sous tous ses aspects. Il dessine l’anatomie du corps humain et, bien que ce soit interdit, dissèque des cadavres mais aussi il étudie l’homme en philosophe et moraliste, à la recherche de la vérité qui est la connaissance scientifique et annonce ainsi Descartes et Pascal.

Tout au long du parcours dans le musée des panneaux racontent les incroyables vicissitudes subies par les feuillets du Codex. Remisés dans des combles, oubliés, transportés, dispersés, nombreux ont été perdus, il en reste heureusement quelques uns pour témoigner de ce génie polymorphe.

Cette exposition s’inscrit dans les commémorations qui célébreront en 2016 le 500ème anniversaire de l’arrivée de Léonard de Vinci en France où il mourra, protégé par François Ier, en 1517. Reconnaissons sans chauvinisme qu’elle est bien plus didactique et documentée que celle, réduite à une salle, que nous avions vue dans le temple même du Codex Atlanticus, la Bibliothèque Ambrosiana de Milan.

Il ne vous reste plus que quelques semaines !

17 Comment

  1. A Lille, j’avais vu plusieurs exposition sur Léonard de Vinci. C’est vrai que c’est un artiste et un scientifique de talent.
    Je ne pense pas pouvoir la voir d’ici la fin de l’exposition.

  2. oh ej n’avais aps entendu aprler de cette expo!!! génial!!!!!! tu em tentes!!!!!!
    j’avais juste vu dans un article c emois ci que la pinacothèque est en faillite…
    j’espère que cette expof era pleind ‘entrées! ca a l’air chouette!!!!
    xxx

  3. Un personnage fascinant et une exposition que je n’aurais ratée pour rien au monde si j’étais à Paris.
    Merci pour le partage et excellente soirée à vous Mesdames !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.