MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[Cinéma] Notre petite soeur

Trois sœurs, Sachi, Yoshino et Chika, vivent ensemble à Kamakura. Par devoir, elles se rendent à l’enterrement de leur père, qui les avait abandonnées une quinzaine d’années auparavant. Elles font alors la connaissance de leur demi-sœur, Suzu, âgée de 14 ans. D’un commun accord, les jeunes femmes décident d’accueillir l’orpheline dans la grande maison familiale…

Nous avions vu « Tel père, tel fils » de Hirokazu ici. Cette fois encore, il a choisi la famille comme thème. C’est l’histoire d’une famille recomposée, un mélodrame bien moins triste que son film précédent. Et pourtant, on parle de la mort et du deuil, de maladie et d’abandon, et de culpabilité. Cette chronique familiale reste subtile et légère et dégage un formidable optimisme à travers les scènes du quotidien des quatre soeurs dans leur vieille maison pleine de courants d’air, les repas partagés, les promenades et les disputes. Elles sont tellement attachantes avec leurs caractères si différents et leurs histoires d’amour avortées. La solidarité, la tendresse et l’amour familial les réunissent et aident à panser les blessures que le père, la mère et la vie tout court leur ont infligées.

Tout cela est filmé avec délicatesse. Les filles et surtout l’ainée, « grande soeur », ne sont que grâce et bonté, les cerisiers en fleur sont d’une beauté extraordinaire, et la retenue et la politesse japonaise d’une pudeur touchante. Hirokazu utilise les clichés du Japon traditionnel.  Le respect des anciens, l’amabilité  à l’école et l’ambiance amicale au club de football, sans aucune agressivité ni vulgarité, tout est politesse, noblesse.  On peut reprocher au film d’avoir idéalisé la vie dans cette petite ville au bord de la merde se dérouler sans apporter un vrai grand moment, d’être charmant mais de manquer de scénario – c’est juste le temps d’une année, d’un cycle des cerisiers. Nous ne savons pas si c’est un chef-d’oeuvre, mais nous avons été sensibles à cette douceur de vivre.

On aimerait bien partager leurs fous rires ...

32 Comment

  1. J’ai trouvé qu’il manquait de fait marquant mais je comprends ce que vous avez aimé dans  » Notre petite soeur ».

    1. C’est vrai. Parfois on se laisse porter par une « petite histoire » et il y a d’autres moments, ou l’on a plus envie d’action. Bonne nuit

  2. Votre résumé me parle infiniment Mesdames. Actuellement j’ai des envies de Japon et je suis sûre en vous lisant que moi aussi je me laisserai porter par cette histoire tranquille, même sans faits marquants. Je vais surveiller la programmation des ciné de ma ville avec attention. Merci 🙂

    1. Ce film vous permet de voyager, de vous retrouver dans une petite ville, et non pas dans Tokyo avec le bruit et les lumières des grandes villes. A voir en VO, bien sûr. Bonne journée

  3. Ah merci, j’ai entendu une critique moins gentille et hésitais. Mais, de la douceur… c’est attirant.
    En revanche, je n’ai plus trop le courage d’aller voir Mon Roi, sans doute trop de cris et de fureur pour moi en ce moment !

    1. Parfois on juge aussi un film par son humeur – nous étions « in the mood » pour cette douceur ! On peut trouver que le film est un peu plat, mais jamais niais comme certaines critiques le disent. Nous n’avons pas vu « Mon Roi »…

  4. Vous êtes vraiment cinéphiles car je n’avais pas même connaissance de ce film. Ca doit être une très belle histoire alors que les fêtes se profilent doucement à l’horizon.

  5. Bonjour Matching points, j’ai été perturbée pendant la projection car une dame à côté de moi s’est endormie au bout de 10 minutes. Il est vrai que la salle manquait un peu d’air mais j’avoue n’avoir pas été passionnée plus que cela par ce film un peu long pour ce qu’il raconte. Et à part la maman un peu irresponsable, tous les personnages sont parfaits presque sans défauts. Une vision un peu idyllique. Bonne journée.

    1. Une vision un peu idyllique, c’est vrai, et un peu long aussi ! Mais malgré tout, par sa douceur, nous avons passé un très bon moment au cinéma. Comme nous avons dit dans un commentaire, nous étions in the mood pour ce film… Bonne journée

  6. Je n’ai pas vu ce film. Dans mon ciné, il y a toujours un petit retard de programmation. Je me souviendrai de votre billet au cas où il soit présent dans la future programmation. Merci du conseil

    Demain soir, je pense aller voir L’odeur de la mandarine.

    1. Nous nous sentons d’une grande responsabilité en mettant nos avis 🙂 Nous attendons votre verdict…Bonne soirée à vous aussi

  7. j’ai dans l’intention d’aller voir ce film surtout s’il est doux, je ne supporte pas les films de violence. Je pense souvent à un film sublime en noir et blanc « l ile Nue »

    1. Ce film se déroule tout en douceur, sans tomber dans le niais. Par contre, nous ne connaissons pas ce film japonais dont vous parlez ; nous venons de regarder sur Internet, il s’agit en fait d’un film des années 60. Nous sommes averties si jamais il passe à la télé, merci pour cette recommandation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.