MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio Culture

[Cinéma] L’homme irrationnel

Professeur de philosophie à la réputation de tombeur, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que tout ce qu’il a entrepris n’a servi à rien. Dès son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons, une avec une collègue, ensuite avec Jill sa meilleure étudiante… Le hasard le plus total bouscule le destin des personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’étrangers dans un café et s’y intéressent tout particulièrement…

Comme dans « Match Point » (notre film préféré de Woody, faut-il le répéter ?), on retrouve le thème du crime parfait. Mais ici le mélange de comédie sentimentale et de thriller a pour décor une université américaine et comme point de départ une réflexion philosophique sur la morale et l’action.

Le prof de philo alcoolique et suicidaire retrouve la joie de vivre grâce au projet d’un passage à l’acte commis pour sauver son prochain. C’est pour lui une évidence qui donne enfin un sens à son existence de dépressif. Il n’est pas possible d’en dire plus à moins de déflorer l’intrigue et le suspens…

Les fans de Woody retrouveront son humour désespéré. Il a pour cible Joachim Phoenix en séducteur désabusé et bedonnant qui tombe amoureux d’une nymphette, on y voit bien sûr le rappel de la vie privée du réalisateur.

582548.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Moins brillant que « Match Point » en ce qui concerne la mise en scène mais plus ambitieux sur le plan de la réflexion philosophique (qui peut parfois sembler envahissante et convenue.) Certaines références, vu le thème, sont attendues : Dostoïevsky et « Crimes et châtiments » ou Hanna Arendt et « Le rapport sur la banalité du mal ». Rien de vraiment surprenant, la seule surprise vient de… la fin du film !

38 Comment

    1. On peut en effet trouver lassantes les considérations philosophiques et les contradictions d’un homme aussi désabusé. Les acteurs ont été une fois de plus bien choisis et bien dirigés. Le philosophe-séducteur n’est donc pas une spécialité française 😉

    1. Bien que nous soyons assez inconditionnelles de Woody Allen nous n’avons pas ressenti le même grand enthousiasme que pour Match Point. Restent donc toujours ses réparties pleines d’un humour qui ne nous déçoit jamais.

  1. Toujours cette impression de déjà-vu quand je vois un film de Woody Allen, car il a son univers bien à lui avec ses thèmes fétiches même s’il change de cadre et d’acteurs. Quelque chose de rassurant, de cynique et de philosophique à chaque fois, mais qui est rafraichissant aussi… Donc j’ai très hâte de voir son nouveau-né !

    1. Du déjà vu et du déjà entendu, mais on s’en lasse pas. Ici il y a toujours les juifs mais beaucoup moins les psychanalystes, remplacés en somme par les philosophes.

  2. Ah l’univers de Woody Allen ! Je ne m’en lasserai jamais… Je programme ce film demain (j’avais l’intention d’y aller mais vous m’avez convaincue et je n’attendrai pas plus )
    Belle soirée à vous!

  3. Je l’ai vu samedi. J’ai trouvé J Phoenix très juste dans sa manière de jouer, plus « européenne » que celle d’Emma Stone (ou est-ce le personnage?) qui pose beaucoup de questions, s’exclame tout le temps, surjoue, comme le font les Américains dans la vie en fait.
    La fin est étonnante et heureusement, on commençait à s’ennuyer un peu….

    1. Le jeu d’Emma Stone reflète peut être aussi le caractère excessif des réactions des ados, qu’elle est encore dans le film.

  4. J’ai apprécié ce film, Emma Stone est fraîche et touchante, J. Phoenix parfait. C’est la fin que je trouve presque « bâclée »

  5. J’ai un avis un peu mitigé, je ne me suis pas ennuyée pendant le film mais je n’ai pas été transportée pas les émotions, ni par les réflexions philosophiques que je trouve un peu baclées voire artificielles.

    Je trouve les dialogues moins bons que d’habitude chez Woody Allen.

    Pas désagréable mais on est loin d’un chef d’oeuvre. J’ai largement préféré « Blue Jasmine » et « Magic in the moonlight ».

  6. Ha, au vu de votre comment chez moi, je pensais que vous aviez moins aimé que cela. Et, tout à fait ok pour Match Point. Mais j’ai aussi beaucoup aimé Blue Jasmine. Pour la partie « films sombres » de WA

    1. Nous l’avons aimé, comme en général tous les films de W.A. Néanmoins il nous semble moins brillant que les deux films que vous citez et qui nous ont éblouies.

    1. Aucune obligation en ce qui nous concerne. Nous aimons l’humour de Woody Allen et sommes curieuses de découvrir chaque année ou presque son dernier film. Nous avons été même quelques fois déçues 🙁

  7. En effet, les films de W.A sont plus ou moins égaux en qualité et en intérêt mais j’irai le voir, peut-être un peu par habitude (un peu comme certains vont systématiquement voir les James Bond !) mais aussi par plaisir car c’est néanmoins un réalisateur que j’apprécie

    1. Les films de Woody Allen se regardent toujours avec plaisir ; les vrais fans sont indulgents ! Pour le prochain James Bond, nous sommes déjà sur les starting block, et vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.