MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Coups de coeur/Coups de gueule

[Coup de gueule] Folie douce…folie tout court !

« Depuis 1980, la Folie Douce (d)étonne. En plein air, sur fond de shows et cabaret, elle invite toutes les générations à mixer les plaisirs d’une cuisine généreuse et les joies du clubbing. » (Site internet)

Il existe maintenant 5 « Folie douce » : Tignes-Val d’Isère, Méribel-Courchevel, Val Thorens, l’Alpe d’Huez et Megève- Saint-Gervais.

Voilà un concept qui peut paraître convivial, sympa, festif, rigolo, trop top etc… En plein air, c’est à dire au sommet des pistes de ski, on peut déguster une cuisine du terroir au son de la musique, pardon zicmu car  il y a des DJs, des danseuses et des fêtards déguisés. C’est tendance ! Tendance aussi le label d’entreprise responsable (dans le sens attentive à l’environnement selon l’expression désormais consacrée) que s’octroie le propriétaire sur son site. Responsable dans un autre sens aussi car elle garantit la sécurité « Les agents de sécurité filtrent les entrées et l’espace VIP ». Et là quelques questions se posent.

Depuis quand a-t-on besoin d’agents de sécurité au sommet de pistes de ski  ? Des agents pour contrôler l’identité ? Parce que de plus c’est interdit aux mineurs. Pourquoi l’interdire aux mineurs si ce qui peut se passer dans ce lieu est aussi joyeusement anodin que les photos et le texte qui les accompagne veulent nous en persuader ?

En fait il s’agit d’un lieu branché (hype !) où l’on peut danser en chaussures de ski (jusque là rien à dire) mais qui s’est surtout transformé, à coup de clubbing et de closing parties, en occasion de consommer le plus d’alcool possible pour ensuite dévaler les pentes avec quelques grammes en plus. C’est fun, n’est-ce pas ?

Quel intérêt d’aller faire la fête et se saouler sur les sommets enneigés…plus près du ciel ! Et, en état d’ébriété, semer la terreur parmi les skieurs hésitants et faire courir le risque d’un accident grave ? A quand l’alcootest sur les pistes ?

Nous avons toujours aimé faire la fête et chaque fois que l’occasion se présente nous aimons danser (même à notre âge !), bien manger bien boire (champagne ! mais aussi un verre de vin chaud dans la bonne tradition des montagnes) mais pas n’importe comment et surtout pas en mettant la vie d’autrui en danger. Au risque de paraître rabat-joie, nous trouvons ça grave et décadent.

Un de nos amis, moniteur dans le Saint des Saints du ski français, les 3 Vallées, nous a confié récemment son inquiétude et ses craintes renouvelées d’année en année. Nous transmettons le message. Skieurs de février, un conseil :  dans certaines stations évitez les pistes trop près des « Folie douce » car vraiment là-bas c’est de la folie !

PS : la photo est celle de la montagne telle que nous l’aimons, hors de question de faire la pub à la FD !

38 Comment

    1. Exactement le même principe qui peut passer au bord ce mer : sea, sex and sun, c’est bien connu mais beaucoup moins en anorak et chaussures de ski !

  1. Je ne savais même pas que ça existait. Tout ce qui est clubbing n’est pas ma tasse de thé, donc encore moins quand ça met la vie des autres en danger. Merci pour ce billet de prévention, même s’il y aura toujours des têtes brûlées qui ne pensent pas aux autres. Bon week-end !

    1. Le clubbing le soir après une bonne journée de ski a ses attraits et nous l’avons pratiqué avec plaisir lorsque nous étions plus jeunes, preuve que nous ne sommes pas des mémés râleuses 🙂

  2. Ca rejoint le Binge Drinking cher aux Anglais… Et c’est un peu une tendance générale. Comme on ne sait plus quoi faire de sa vie, on boit! J’ai vu Snow Therapy à propos de montagnes… Pas mal du tout, très bien joué, je regrette un peu la fin trop convenue.
    Bon samedi!

    1. C’est du binge drinking sur les sommets… On exploite en effet plusieurs tendances : clubbing, écologie, gastronomie des cimes. Un vrai mélange des genres ! Bon samedi.

  3. Vous avez raison mesdames, c’est quand même bizarre ce besoin de filtrer, et ce besoin qu’on les gens de se retrouver entre VIP ???
    Pas de photos pas de pub….
    Je suis inquiète devant la dérive et ce désir/plaisir d’être un mouton parmi d’autre moutons
    Bon dimanche mesdames

  4. C’est le genre d’endroits que je ne fréquente plus (les stations), mais je comprends votre colère. C’est tout à fait inadmissible de laisser s’installer ce genre d’établissement en un lieu dédié aux sports qui plus est…

  5. Comme Koalisa je trouve affligeant ce côté Ibiza à la montagne, je ne suis pas skieuse mais j’avais l idée que l’ivresse des sommets et des descentes sur les pentes enneigées de nos belles montagnes suffisaient, et qu’ensuite le soir venu un bon vin Chaud, une coupe et le plaisir de se retrouver faisaient le reste, autre temps autres mœurs…

    1. Vous avez exactement décrit notre emploi du temps au ski ! Il y a des changements de mœurs auxquels nous n’adhérons pas.

  6. Je ne connaissais pas cette « nouvelle tendance » ! C’est effectivement affligeant. Je ne vais jamais à la montagne , je suis allergique à l’altitude et je n’aime pas la neige mais il me semble que c’est un lieu où l’on doit faire du sport, respirer le bon air et se ressourcer, passer de bons moments en famille ou entre amis, loin de tous ces Vip bourrés ! Bonnes vacances si vous êtes sur les pistes

    1. La montagne est la plupart du temps comme vous l’imaginez ; la tendance VIP bourrés n’a pas encore envahi trop de stations.

  7. C’est du grand n’importe quoi! J’adore la montagne (en bonne Lyonnaise) mais depuis quelques années, le côté festif et surtout alcoolisé des restos dits « trendy » me déplaît fortement car après, on se retrouve sur les pistes avec des skieurs éméchés qui ne contrôlent plus leurs skis (ou pire leur surf !) et vous rentrent dedans en rigolant ! Ouais c’est fun de se faire luxer l’épaule par un/une idiot(e)… Franchement, je comprends ceux qui se mettent à faire du hors-piste.
    Vous avez bien raison de pousser ce coup de gueule!

    1. Merci pour ce témoignage de situations que vous avez vécues. Le hors piste est malheureusement dangereux pour d’autres raisons, surtout cette année.

    1. Consternant, affligeant sont les termes qui reviennent dans les commentaires qui sont unanimes pour regretter cette dérive.

  8. Votre coup de gueule est justifié. Il y a déjà suffisamment de « chauffards » irresponsables et d’accidents sur les pistes comme ça. Ceci dit, j’ai l’impression que ces stations ont voulu copier les mythiques après-ski autrichiens, où l’ambiance est absolument démente. Ceux que j’ai fréquentés étaient situés au pied des pistes mais il y en a aussi sur les pistes. Je me demande si le taux d’accident est plus élevé qu’ailleurs….

  9. Si se mettre un p’tit coup de vin chaud dans le nez avant de terminer une descente peut être amusant, de là à se bourrer la gueule jusqu’à ne plus pouvoir enfiler ses skis : non. Je vous rejoins, c’est désolant de ne plus savoir profiter sans se défoncer.

    1. Tant mieux pour les autres skieurs s’ils ne peuvent plus enfiler leurs skis ! Il y a aussi les ados qui se bourrent la gueule et meurent d’hypothermie dans la neige, on n’en parle pas assez ; chaque année les montagnards nous racontent de nouvelles histoires désolantes.

  10. J’ai l’impression qu’en plus de la bêtise, il y a aussi la cupidité.
    J’ai vu hier soir un reportage sur France 2 sur ce phénomène. On a créé ce nouveau besoin que les vacanciers ne réclamaient pas ! Pour le grand bénéfice des stations !
    Il faut boycotter ces stations profiteuses et malsaines !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.