MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Culture Lecture

[Lecture] Qiu Xiaolong – « De soie et de sang »

Nous avons découvert un auteur chinois de romans policiers qui se déroulent à Shangaï dans les années 90. Qiu Xiaolong y est né en 1953 mais vit depuis 1989 aux États-Unis, dans le Missouri, où il enseigne. Son père, professeur, a été victime des gardes rouges pendant la Révolution culturelle et lui-même a été interdit d’études pendant plusieurs années.

« De sang et de soie » (le 5ème roman de la série) s’ouvre sur la découverte d’un cadavre de femme vêtue d’un « qipao » (robe chinoise fendue sur les côtés) rouge, d’autres victimes suivront…

L’inspecteur Chen Cao mène l’enquête alors qu’il a théoriquement pris un congé pour poursuivre des études de littérature. Le héros récurrent est donc un policier atypique et le roman est ainsi truffé d’allusions à la littérature, au théâtre, à la poésie et de citations de proverbes (« Une figurine de jade est faite de toutes les duretés », Confucius dit « Un honnête homme devrait s’abstenir de tuer et de cuisiner »). Les personnages font des repas composés de plats ahurissants d’animaux vivants (« des plats cruels ») ou morts : langues de moineaux frites, ragoûts d’yeux de bœuf, lèvres de poisson à la vapeur… Le décor est une Chine moderne qui reste traumatisée par la Révolution culturelle, sur laquelle on apprend ou redécouvre beaucoup de faits cachés ou oubliés, et dont l’auteur a lui-même souffert. Il existe toujours le Parti et des comités de quartier mais les nouveaux riches (les messieurs Gros-sous) ont remplacé les gardes rouges et étalent un luxe indécent. La corruption est partout, la perversion par l’argent a remplacé l’abrutissement de l’endoctrinement.

Un romancier à découvrir, une autre planète aussi…

30 Comment

    1. Nous nous sommes contentées de la traduction craignant avoir des problèmes de vocabulaire dans les descriptions de l’univers chinois. Bonne soirée.

  1. Je le note pour le lire. J’aime les policiers et je n’en ai pas lu qui se passe en Asie.
    A offrir aussi à ma fille qui passe 6 mois à Hong-Kong et donc en profite pour visiter la Chine, le Vietnam, la Thaïlande..

  2. J’aime les romans policiers qui en plus de l’intrigue , font également voyager ..
    Je note le nom de cet auteur dans mes petits carnets …

  3. Je n’avais lu jusqu’à présent que les enquêtes du Juge Ti de Van Gulik (très bons polars), et suis heureuse de noter le nom de cet auteur, merci !

    Actuellement, je lis des polars d’un auteur grec, Petros Markaris. L’enquête bien sûr y est importante, puisque nous suivons les périples du commissaire, mais c’est toute une société contemporaine que l’auteur nous raconte. Et au soleil !

    1. Nous ne connaissons ni ce juge ni l’auteur grec. Merci pour ces infos. Nous aimons bien nous détendre en lisant des polars. Tant mieux s’ils nous dépaysent 🙂

    1. Nous ne connaissons pas d’autre auteur de policiers chinois. Si vous vous souvenez du nom, nous sommes preneurs. Bon weekend

  4. J’aime les romans policiers, celui ci me donne envie de le lire, mais j’attendrai, 4 livres (prêtès) attendent sur mon chevet….

    1. Cela raconte une histoire assez triste comme souvent l’histoire des victimes des romans policiers mais le fait que ça se passe en Chine rend l’histoire insolite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.