MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Actualités

[Actualité] Salman, Umberto, la satire et la religion…

Parmi les réactions après l’attentat chez Charlie Hebdo, nous voulons citer celle de Salman Rushdie, une autorité en matière de vie menacée par le fanatisme et un de nos écrivains préférés. « Je suis solidaire de Charlie Hebdo, comme nous devons l’être tous pour défendre l’art de la satire, qui a toujours été une arme de la liberté contre la tyrannie, la malhonnêteté et la bêtise. ‘Respect pour la religion’ est devenu un nom de code qui signifie ‘Peur de la religion’. La critique, la satire et, oui, notre irrévérence intrépide doivent pouvoir s’appliquer aux religions».

Dans « Le nom de la Rose », le polar médiéval d’Umberto Eco, l’objet du « Mal » est le volume de la Poétique d’Aristote qui défendait le rire… blasphématoire pour les Bénédictins et le vieux moine Jorge de Burgos, qui était allé jusqu’à empoisonner les pages du livre païen et ainsi assassiner ceux qui l’avaient lu.

Salman Rushdie : «Associée aux armements modernes, la religion, une forme médiévale de la déraison, devient une vraie menace pour notre liberté ».

Le SPIEGEL ONLINE du 9 janvier 2015 dénonce également l’obscurantisme religieux. « Les dogmes, politiques ou religieux, comme ils prétendent détenir la vérité absolue, sont l’ennemi naturel d’une pensée critique… La raison doit s’attaquer à la superstition, la répression, l’intolérance et les préjugés… Un des instrument pour défendre ces dogmes est le sentiment religieux, il permet de mettre ses visions du monde au-dessus d’un discours critique, il déclare sa religion comme sacrée et toutes les question la concernant comme un affront. « Cela blesse mes sentiments religieux » est la phrase qui peut clore toute discussion. »

 

A travers Internet, à travers nos blogs, relevons le défi et gardons l’esprit critique et l’indépendance d’opinion !

29 Comment

  1. Excellent post. ‘La raison doit s’attaquer à la superstition, la répression, l’intolérance et les préjugés’, les mots du Spiegel sont tellement justes.
    Et qui mieux que Salman Rushdie peut mesurer l’ampleur de l’attentat contre Charlie Hebdo, lui contre qui avait été decretée la ‘fatwa’, non moins que l’appel à son assassinat.
    J’aime beaucoup ces dessins très éloquant. Merci les Matching!

    1. Il vaut mieux écouter les gens qui ont connu la menace que ceux qui donnent des leçons en restant bien tranquilles dans leur salon ! De nombreux talents ont été mis en œuvre par les dessinateurs et caricaturistes en cette dramatique occasion. Merci pour vos compliments !

  2. Très beau post… Oui gardons à travers nos blogs gardons l’esprit critique, et surtout cette l’indépendance d’opinion et liberté d’expression, de nombreux talents se sont exprimés parmi les dessinateurs de tous pays, un élan unanime qui fait chaud au cœur, bon week-end à vous

  3. Je pense que les terroristes n’ont rien à voir avec la religion même s’ils l’utilisent comme justification pour leurs actes barbares. Malheureusement un petit cerveau peut faire beaucoup de dégâts quand il s’arme à l’artillerie lourde… C’est ce que les journalistes de Charlie Hebdo voulaient dénoncer…Bon week-end à vous !

    1. Nous citerons le philosophe Abdennour Bidar (dans sa « lettre ouverte au monde musulman » publiée dans Marianne http://www.marianne.net/Lettre-ouverte-au-monde-musulman_a241765.html ) : Cher monde musulman…que dis-tu en face de ce monstre ? Tu cries : « Ce n’est pas moi! »… Et cela m’inspire une question – « la » grande question : pourquoi ce monstre t’a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble t’a-t-il volé ton visage et pas un autre ?

  4. C’est un très beau billet que vous avez écrit là. Tous ces événements me laissent très perplexe. J’essaye de garder le sens critique et la tête froide mais je dois bien avouer que beaucoup de choses me dérangent dans le rattrapage politique et la marche citoyenne à laquelle j’ai participé ce matin m’a mise très mal à l’aire. Nous étions très, très nombreux, infiniment plus que je ne l’aurais imaginé mais aussi infiniment moins « mélangés » que je ne l’aurais pensé …

    1. Nous sommes d’accord avec vous. Cette apparente unanimité due au choc va-t-elle résister au quotidien ? Que va-t-il rester de toute cette émotion et que va-t-ON faire de toute cette charge émotive ? Que sera l’après-Charlie ?

    1. Puissiez-vous avoir raison ! Cependant dans des lieux d’instruction comme les collèges et les lycées il y a des élèves qui ont refusé jeudi de se joindre à la minute de silence pour les morts de Charlie Hebdo. Contre l’endoctrinement le chemin semble encore long à parcourir.

  5. Il faut en effet continuer d’avoir ce regard critique, de remettre en question et de surtout pouvoir s’exprimer. Sans quoi le sens du mot humain n’est plus le même. Triste de voir qu’après tous ces siècles et épreuves traversées pour se sortir de l’obscurantisme, on n’en n’est pas sorti.

  6. Effectivement, très bon billet. Maintenant, il serait aussi bon de ne pas oublier toutes les horreurs commises (150 enfants massacrés par ci, 250 fillettes enlevées par là etc…) au nom d’une religion archaïque. Et au vu des si nombreuses fautes d’orthographe et de syntaxes faites par ceux qui disent que c’est normal parce que le Prophète a été insulté, cela prouve surtout que pour comprendre la satire et l’humour, il faut quand même avoir un minimum d’éducation et de culture générale. Sans quoi, le message reçu l’est au premier degré donc il est vécu comme une agression et génère de la colère etc…

    1. Il faut en effet un certain niveau linguistique pour apprécier l’humour ; d’ailleurs les traits d’humour sont les phrases les plus difficiles à comprendre lorsqu’on apprend une langue étrangère.

  7. Pour poursuivre vos propos suite à la citation du philosophe Abdennour Bidar, le monstre en effet prend aujourd’hui en effet le visage des fanatiques musulmans.

    Mais le Monstre, ou le Mal a toujours existé, à travers l’extremisme religieux ou pas. Il va de pair avec l’humanité, malheureusement. Aujourd’hui il prend la forme des terroristes islamistes, demain … on ne sait pas, et dans le passé, il a existé sous des formes diverses et variées.

    A une époque en France, les catholiques ont massacré des protestants, même les enfants, au nom de la religion. Et le Pape de l’époque a appaudi le massacre ! Il en a même fait faire des fresques !
    Les contemporains de cette époque qui ne cautionnaient pas ces agissements, pensaient que le paroxysme de la violence était atteint, que jamais époque n’avait connu pire.

    Vous me direz c’était il y a très longtemps, certes. On a évolué depuis …

    Mais le Monstre il n’y a pas si longtemps, a pris la forme des nazis et de l’extermination programmée de millions de juifs, pour des raisons liées à la supériorité de la race aryenne.

    On aurait pu alors poser la question, et on pourrait encore la poser :

    Cher peuple allemand…que dis-tu en face de ce monstre (Hitler) ? Tu cries : « Ce n’est pas moi! »… Et cela m’inspire une question – « la » grande question : pourquoi ce monstre t’a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble t’a-t-il volé ton visage et pas un autre ?

    1. En effet on continue à se demander comment l’Allemagne, pays de grande culture (littérature, musique, peinture) et patrie, avec la Grèce, de la philosophie a pu être le territoire sur lequel a prospéré le nazisme. Cela déroute encore plus ceux qui mettent tous leurs espoirs dans la culture, la connaissance et l’éducation comme nous l’entendons ces derniers jours. Cet acte de foi n’est-il pas l’écho d’un chant désespéré ?

  8. Bravo pour votre post
    Le tour de la question est fait …
    Pour conclure avec un peu de pessimisme :
    « A travers Internet, à travers nos blogs, relevons le défi et gardons l’esprit critique et l’indépendance d’opinion ! »
    Je n’y crois pas du tout en tout cas nous n’en prenons pas le chemin !!!!
    Bonne soirée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.