MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[Cinéma] Timbuktu

Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.
En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.
Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s’en est pris à GPS, sa vache préférée.
Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

Dans ce film d’Abderrahmane Sissako nous avons tout d’abord été frappées par l’esthétique de la photo : le lac au lever du soleil, les dunes de sable harmonieuses et l’extraordinaire beauté des personnages, notamment Kidane, Satima et Toya. La vie  que mène la famille de Kidane, un berger touareg, est chaleureuse mais très simple. Il n’ y a que le portable pour rappeller que ce monde paisible est lié au monde actuel. Le film se construit sur des images et des symboles, comme l’image de l’antilope pourchassée qui encadre le film au début et à la fin. Comme l’incident qui amène le drame dans la vie de Kidane, mais quelle scène magnifiquement filmée, lorsque le pécheur tue la vache d’un jet de lance, un geste ancestral !

La chute est brutale avec l’arrivée des envahisseurs, les djihadistes qui sèment la terreur en interdisant tout ce qui rend la vie agréable et gaie. Ils s’attaquent à la culture et à l’humanité tout court, pour s’amuser ils démolissent de jolies statuettes en bois… La religion est interprétée sans logique, elle sert à dominer et à écraser. Ces djihadistes ne pratiquent pas le véritable Islam, Kidane et les autres par contre citent des phrases du Coran d’une grande sagesse et pleines d’humanisme. Abderrahmane Sissako, prend du recul et, d’un œil amusé, nous présente ces djihadistes comme des  « amateurs », ils ne manquent pas d’ailleurs de fragilité, parfois ils semblent même perdus et l’absurdité est à son comble ! Ils sont incapables de communiquer avec la population locale parce que beaucoup de ces rebelles ne maitrisent même pas l’arabe. Les habitants de Timbuktu, eux, sont  très fiers et ancrés dans leur culture traditionnelle comme la musique qui accompagne merveilleusement bien le film. C’est  avec un zeste d’humour, pas évident dans un contexte dramatique, que le film montre l’absurdité des lois que ces djihadistes imposent, ainsi les enfants font de la résistance et jouent au foot sans ballon…

Nous avions vu Bamako du même metteur en scène, son dernier film nous a plus touchées. On pourrait reprocher une vision trop idéalisée d’une vie d’avant  et quelques scènes qui trainent en longueur, mais n’est-ce pas le rythme authentique de ce peuple ? C’est un film politique qui se veut un symbole de la lutte contre le fanatisme religieux parce que les victimes, ce sont d’abord les populations locales comme ici mais qui gardent leur dignité et sont bouleversantes. Il y a des scènes insupportables, des scènes de violences intégrées dans ce nouveau quotidien, parfois  relatées dans les journaux chez nous mais c’est si loin…

A voir, pour la beauté du film lui-même et pour tenter de comprendre ce qui est incompréhensible …

29 Comment

    1. Vous et midinette ? Certainement pas… Le film se regarde facilement, et en même temps incite à la réflexion. Mais il est vrai, il y a des films qui nous ne tentent pas non plus. Bon week-end à vous

  1. J’irai le voir s’il est à l’affiche au cinéma. Je suis dans une ville où il ne sort surtout que les grosses productions. Je n’ai plus accès aux films d’art et d’essais. C’est très dommage.

    1. En effet, c’est très dommage ! En plus, il va falloir attendre pour le voir à la télé, et encore, ce n’est pas sûr qu’il sera diffusé !

    1. Un thème très actuel – mais il y a de films qui nous parlent et d’autres que l’on n’a pas envie de voir, c’est vrai. Bon week-end à vous

  2. Bonjour Matching points, oui, ce film est beau. Rien pour certains plans, il faut le voir. En revanche, je n’ai pas été autant bouleversée que je m’attendais et pourtant il y aurait de quoi. Bonne journée.

    1. Il est vrai que l’émotion n’est pas au même niveau que la beauté, peut-être parce que nous gardons ce même recul que le metteur en scène ? Bon week-end

  3. Hier j’ai hésité entre ce film et Mr. Turner. Pas sûr que j’aie fait le bon choix avec ce dernier qui m’a un peu déçue. Je ferai très certainement une séance de rattrapage pour voir Timbutku après avoir lu votre compte rendu.

    1. Comme nous n’avons pas vu Mr.Turner, nous ne pouvons en parler. Nous étions bien décidées à le voir, mais plusieurs critiques n’étaient pas trop bonnes et la vôtre semble les confirmer ! Bonne journée à vous

  4. J’ai beaucoup aimé ce film, vraiment. Merci d’en parler si bien.
    Pour moi, il est important que ce film ait été réalisé par un Africain. L’oeil, l’intelligence et l’humour de Sissako, sa sensibilité permettent de parler aux Africains mais aussi aux Occidentaux.

    1. Certaines critiques reprochent un regard trop « amusé » envers les rebelles, mais pour nous, le décalage avec l’application des lois s’est fait encore plus sentir. Un bon film !

    1. Bien que le sujet soit un sujet difficile, le film est « regardable », parce que le metteur en scène évite la dramatisation, il met même de l’humour et quelques scènes dures suffissent pour comprendre.
      Passez de belles fêtes de fin d’année

  5. j’aime votre conclusion et votre avis donne envie d’aller le voir, il est parfois nécessaire de regarder la vérité en face surtout si elle est présentée avec tact. bonne Année Mesdames

  6. Il est sur ma liste mais je ne sais pas si j’aurais le temps d’aller le voir .. et si j’ai le temps d’aller au cinéma , il me faudra faire un choix entre ce film et Wiplash ..

  7. Le film est intéressant mais, d’après ce que j’ai lu par ailleurs, un peu simplificateur. Mais il n’était pas facile de faire autrement.

    1. Peut-être un peu simplificateur, comme c’est parfois le cas au cinéma. Mais peut-être aussi pour faire ressortir le décalage entre la vie d’avant et après. Merci pour votre passage chez nous

Répondre à Sylvie, Enfin moi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.