MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Culture Lecture

[Lecture] F. Beigbeder : Oona & Salinger

9782246777014-X_0

« Il arrive toujours un moment où les hommes semblent attendre la catastrophe qui réglera leurs problèmes. Ces périodes sont généralement nommées : avant-guerres. Elles sont assez mal choisies pour tomber amoureux.
En 1940, à New York, un écrivain débutant nommé Jerry Salinger, 21 ans, rencontre Oona O’Neill, 15 ans, la fille du plus grand dramaturge américain. Leur idylle ne commencera vraiment que l’été suivant… quelques mois avant Pearl Harbor. Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood.
Ils ne se marièrent jamais et n’eurent aucun enfant. »

Nous avions découvert avec étonnement et plaisir Frédéric Beigbeder écrivain grâce à  « Un roman français » . Osons avouer aussi que nous avions beaucoup ri en voyant son film « L’amour dure trois ans ». Le livre de cette rentrée littéraire nous a moins convaincues.

Tout d’abord nous ne partageons pas son admiration pour l’auteur de « L’attrape cœur » que nous avons lu sans doute à un âge trop avancé pour vraiment l’apprécier (nous nous rattraperons sur les nouvelles, promis !). Bien que Beigbeder se soit abondamment documenté, nous n’avons pas vraiment accroché à la mise en scène de l’époque et notamment les épisodes de soûlographie de la jeunesse dorée new-yorkaise des années 30. Sa tentative de mettre en miroir sa propre histoire d’amour avec un mannequin de 25 ans de moins que lui et le mariage « scandaleux » de Charles Chaplin et Oona (36 ans de différence) est vraiment tirée par les cheveux. Nous avons trouvé très pesantes également les descriptions façon gore des scènes de bataille de la seconde guerre mondiale auxquelles Salinger a participé, même si c’est pour célébrer, à juste titre, le statut du héros auquel Beigbeder en dandy professionnel et lucide ne pourra jamais prétendre.

Malgré ces lourdeurs d’intention et de style « « Rencontrer Chaplin en 1942, c’était comme rencontrer aujourd’hui quelqu’un qui serait aussi populaire que Rihanna tout en étant aussi puissant à Hollywood que Steven Spielberg. », il reste quelques bonnes formules. Par exemple lorsqu’il parle du dramaturge prix Nobel de littérature, Eugène O’Neill, le père indigne d’Oona : « Eugène, qui durant son enfance avait été négligé par un père absent et une mère déconnectée de la réalité, reproduisit exactement le même schéma avec sa progéniture. On ignore si la psychanalyse soigne les névroses, mais la preuve est faite que l’art dramatique ne les guérit pas. » ou encore « … j’écoutais Scarborough Fair de Simon & Garfunkel… Les paroles de cette chanson médiévale sont une définition de l’amour courtois : cet amour d’un chevalier pour une dame qu’il ne voit jamais, à distance, sana rien espérer en retour. L’amour réciproque est heureux mais ordinaire, l’amour courtois est douloureux mais noble… Je crois qu’il ne faut pas souhaiter un amour courtois, même à son pire ennemi. ». C’est ce style-ci que nous préférons !

20 Comment

    1. En France il est surtout connu pour « L’attrape cœur  » considéré comme un des meilleurs romans de la littérature américaine.

  1. J’aime style de Beigbeder plus que ses livres et ses histoires en elle même, comme vous le dites  » ses formules ». Maintenant, si vous nous avez résumé les meilleures, ce n’est peut être plus nécessaire de le lire ! Enfin, j’ai passé quelques bons moments avec ses odieux personnages qui sont tous une part de lui même, alors, pourquoi pas …

    1. On ne retrouve pas du tout Beigbeder dans Salinger, que ce soit le personnage réel ou dans les dialogues inventés. Quant au rapprochement entre l’histoire d’amour Oona-Chaplin et la sienne, c’est vraiment too much ! Nous retrouverons peut-être l’odieux personnage quand il aura quitté sa belle 😉

  2. Cela fait un petit moment que je tourne autour de ce roman quand je vais me balader dans ma librairie favorite .. probablement peut être car comme vous je me suis laissée charmer par Un roman français , une écriture délicate que l’on imagine pas de la part d’un tel personnage !!

    1. Nous avons partagé votre étonnement lors de la lecture d’ « Un roman français ». Les passages autobiographiques dans celui-ci ne sont pas de la même veine. Peut être vous déciderez-vous à le lire (pourquoi pas lors de sa sortie en Poche) et nous attendons avec impatience votre avis.

  3. Je n’ai rien lu de Beigbeder, le personnage ne m’est pas très sympathique… Mais j’avais lu « L’attrape-coeur » quand j’étais étudiante et j’avais adore !

    1. Il a pourtant démontré dans « Un roman français » un vrai talent d’écrivain qui nous avait étonnées. Bonne journée à vous aussi.

  4. J’ai lu les premières pages et non, ce n’était pas possible ! Votre critique me dis que j’ai bien fait de reposer ce livre (mais j’avais bien aimé un roman français, d’autant plus que Pau et Bidard sont des lieux qui me sont très familiers). Bon WE mesdames !

    1. Et encore ce ne sont pas les premières pages les plus décevantes ! Dans « Un roman français » le Sud-Ouest est en effet à l’honneur. Bon weekend à vous aussi.

  5. Comme vous j’ai beaucoup aimé « Un roman français », une vraie réussite, un livre que j’ai déjà offert à des proches.

    J’ai bien aimé également le film « L’amour dure trois ans ».

    Je pesne que je lirai son dernier livre, au moins pour me faire une idée … mais j’attendrai la sortie en livre de poche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.