MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[Cinéma] Zulu

Quel meilleur timing pourrait espérer un réalisateur ! Si nous étions cyniques, nous dirions qu’il  n’y avait pas meilleur moment que la mort de Nelson Mandela pour sortir ce film français. Son ombre semble planer tout le long, son message est omniprésent.

Dans une Afrique du Sud encore hantée par l’apartheid, deux policiers, un noir, un blanc, pourchassent le meurtrier sauvage d’une jeune adolescente. Des Townships de Capetown aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête va bouleverser la vie des deux hommes et les contraindre à affronter leurs démons intérieurs.

C’est un thriller tiré du roman de Caryl Férey.  Ne vous attendez pas à un catalogue d’agence de voyage pour l’Afrique du Sud, et pourtant, il y de  paysages magnifiques ! Mais nous pénétrons aussi dans les townships avec des flashback remontant à l’époque où l’apartheid existait encore. C’est  un argument de plus pour ce film très noir,  nous rappeler le contexte sud-africain que nous connaissons si peu et pourtant si actuel ! Jérôme Salle (Largo Winch, Antony Zimmer) réussit à dépeindre une société qui ne s’est pas encore  libérée de son passé et de ses ombres. Le film, très en contraste, black and white, pauvre et riche, bon et méchant, est certainement trop systématique, trop cliché. Seul le personnage de Forest Whitaker est plus en nuances, ayant plusieurs facettes tout le long du film.

Certaines scènes sont d’une extrême violence, mais ce n’est pas une violence gratuite. Elle fait bien sûr partie du genre polar mais ici elle dépeint une ambiance de no limit explosive.

Le casting est parfait ! Orlando Bloom à contre-emploi (nous adorons ça), ne joue pas le héros beau gosse, mais un flic alcoolique et déjà abimé par la vie (rôle du policier solitaire, bien sûr !), mais il est crédible et formidable. Forest Whitacker a affiné sa silhouette et prend encore une dimension supplémentaire dans son jeu subtil, gentil ou menaçant, portant en lui les tragédies de l’Afrique du Sud.

Comme toujours, nous avons apprécié la VO, ici avec les différents accents et la langue afrikaans.
On peut reprocher au film de manquer de finesse, de subtilité, mais il se laisse regarder comme un bon thriller. Il ne prétend pas être un film politique, mais se sert du contexte politique comme toile de fond. Violence,  vengeance, pardon et justice, on pourrait résumer ainsi ce film.
Ames sensibles, s’abstenir !

 

30 Comment

  1. bonjour,
    j’ai vu la bande-annonce et j’hésite encore malgré des critiques positives à excellentes, comme la vôtre.
    même si cela peut paraitre un peu « cucul la praline », la violence déjà présente dans la bande-annonce me rebute un peu à une période où j’ai besoin de légèreté…

    1. Ce n’est pas « cucul la praline » d’avoir du mal avec la violence à l’écran ! Il faut reconnaitre que c’est un film qui peut heurter la sensibilité. Il est vrai, parfois on a plutôt envie de voir des choses qui réchauffent le coeur, qui nous changent les idées pour passer un bon moment.
      Nous vous souhaitons une bonne soirée et à bientôt

    1. Lorsqu’on voit vos journées bien remplies, on comprend que vous n’ayez pas trop le temps. On ne peut pas tout faire…Bonne nuit

  2. J’ai lu le livre, comme tous les livres de Caryl Ferey, et il me tarde de voir le film, programmé normalement à ce soir, si j’arrive à affronter le froid …

  3. Orlando Bloom à contre-emploi, ça me plaît bien… Votre article me donne envie de voir le film. Je suis également une inconditionnelle de la V.O, quelle que soit la langue, c’est tellement plus authentique ! Très bonne semaine.

    1. Nous aimons retrouver l’ambiance authentique d’un film, même s’il s’agit d’une langue dont nous avons aucune notion. Le sous-titrage demande alors un effort supplémentaire, mais cela vaut le coup. Bonne journée

  4. en cette fin d’années beaucoup de films de l’étranger sortent sur nos écran
    et presque tous ont connu un sélection à Cannes ce qui dénote une certaine qualité , il y en a des plus ou moins violents comme « Zulu »(même si le réalisateur est français) , »A TOUCH OF SIN  » (chinois) et d’autres plus mélodrames « Le démantellement » (Quebecois) ou romantique comme « Lunchbox » (Inde)… bref un éventail assez large qui fait un peu oublier
    le manque d’imagination du cinéma français( à part: « 9mois ferme », « Quai d’Orsay » et « guillaume et les garçons à table »)

  5. N’ayant pas lu le livre, aucun doute que j’irai voir ce film. D’autant plus qu’il serait intéressant de voir Orlando Bloom dans un rôle très différent de ceux qu’il a joué précédemment.

  6. Je n’étais pas très tentée au vu de la bande-annonce, mais après vous avoir lues, j’irai peut-être.
    Mais non, le cinéma français n’est pas si mauvais! Il faut aller voir le dernier Valérie Lemercier, mélange de drôlerie et d’acidité comme toujours chez elle…

    1. Le cinéma français réussit de mieux en mieux dans le registre comique ; nous avons apprécié ces dernières semaines « 9 mois ferme » de Dupontel, « Les garçons et Guillaume…. » de G.Gallienne, et sur un registre plus mélancolique « Un château en Italie » de V. Bruni-Tedeschi. Sont sortis aussi « Quai d’Orsay » et celui de V.Lemercier, les fêtes approchent et l’emploi du temps est surchargé, aurons-nous le temps de les voir ?

  7. Bonsoir, j’ai beaucoup aimé ce film même s’il est violent. J’ai été assez agréablement surprise par Orlando Bloom: très très bien. Forest Whitaker est égal à lui-même. Bonne soirée.

    1. Les deux acteurs sont vraiment formidables, mais c’est surtout Orlando Bloom qui donne une autre dimension à son jeu. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.