MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Actualités Mood

[Mood] Marseille, après Plus belle la vie…

 

 

… Plus brève la vie ?

Nous (l’une marseillaise d’origine, l’autre marseillaise de cœur) n’habitons pas Marseille mais ses environs et nous avons l’habitude d’y faire quelques sorties que nous relatons sur ce blog iciici ,  iciici ,  ici ,  ici  , encore  ici et ici , puis ici et aussi ici

Nous n’avons donc jamais été confrontées à une violence extraordinaire, à part une fois dans le métro un acte de « petite délinquance » (telle est la formule consacrée !) que l’on aurait pu subir dans n’importe quelle grande ville.

Marseille la toujours mal aimée ! Sa mauvaise réputation ne date pas d’aujourd’hui, considérée comme le Chicago français dans les années 30, centre de la French Connection dans les années 70, elle misait sur cette année où elle était sacrée capitale de la culture pour redorer son image. Et voilà qu’on compte chaque semaine les nouveaux morts. On retrouve des scènes dignes de polars américains décrites d’ailleurs avec plus ou moins d’exactitude par les médias lorsque, par exemple, un journaliste situe Frais Vallon (une cité réputée à problèmes) en plein centre ville. De grands projets sont en cours pour attirer les croisiéristes mais vont-ils vraiment débarquer s’ils ont peur de se faire flinguer ou dérober leur sac et leurs bijoux en pleine ville ?

Cette ville autrefois prospère grâce à différents négoces, ses huileries, ses savonneries et en même temps glauque comme beaucoup d’autres villes portuaires a sombré dans la misère qui favorise la violence. On peut retrouver l’histoire de Marseille au XXème siècle dans la trilogie de Yann de l’Ecotais, « Le Vieux Port ». Les maires et les gouvernements se sont succédé sans apporter de solution.

Nouvelles tables rondes entre ministres, Premier ministre, préfet, maires etc, nouvelles promesses de l’augmentation des effectifs policiers – énième promesses et énièmes réformes… mais comment changer ce Marseille si le Président du Conseil Général des Bouches du Rhône et sénateur est lui même mis en examen  notamment  pour « corruption passive, participation à une association de malfaiteurs et atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics, dans un volet de l’affaire des marchés présumés frauduleux »…? L’un des maires de secteur n’a-t-il pas dit dans un style bien de chez nous : « Comme disait ma grand-mère, quand on veut nettoyer un escalier, on commence par le haut. »

«De Marseille, la France ne connaît que Marius et le mistral.» Dans son livre Marseille ma ville, portrait non autorisé (Ed. Les Arènes), le journaliste Xavier Monnier rappelle cette phrase d’Albert Londres écrite en 1926. En 2013, les choses ont-elles changé au sujet de la deuxième ville de France? Chaque veille de match, après chaque fusillade ou aux premiers jours d’une grève des éboueurs, les caméras se précipitent pour interroger la poissonnière du Vieux Port ou pour sonder le ras-le-bol des habitants. Au-delà de ces images ressassées, que connaît-on vraiment de la capitale du Sud? Dans les années 80, on parlait déjà de la pauvreté de Marseille, de sa délinquance, de sa saleté, de sa réputation de Chicago français. Ces dernières années, cette image revient mais elle n’est pas une fatalité. J ai grandi à Marseille, une ville très agréable, où l’on peut étudier, s’amuser, sortir et le monde entier l’a vu en 1998 avec la Coupe du Monde, l’arrivée du TGV qui avaient donné une vraie impulsion à la cité. Évidemment existent de nombreux soucis que vous décrivez, mais ils ne sont pas une fatalité.  » – Extrait du chat  sur  20minutes.fr  ici

Nous recommandons vivement la lecture du livre parce que son jeune auteur n’a pas peur de dire la vérité sur la ville qu’il aime et dont il est originaire !

Même si nous connaissons les mauvais côtés de cette ville sale et pauvre et nous pestons contre l’incivisme dans la circulation, nous apprécions son site exceptionnel de l’Estaque aux Goudes, bénéficiant d’un climat privilégié où les habitants vivent au rythme de la mer.

L’insécurité est-elle vraiment installée à jamais à Marseille ? Cette ville, est-elle condamnée ?

 

30 Comment

  1. Vous avez raison car l’autre jour sur RMC info, j’ai entendu un journaliste rappeler qu’en 1982, le nombre de tués dans les rues de Marseille était le même que celui d’aujourd’hui simplement on en parlait moins… Quant à la violence, elle est partout et Paris que l’on brosse dans le sens du poil parce que capitale n’est pas mieux lotie ! On ne parle jamais des morts du quartier de Belleville, pourtant il y a des assassinats, quant à la violence dite « ordinaire » sur la population j’en connais un rayon et je lui dois une sourde dépression dont je ne fais pas état dans mon blog mais qui a causé des ravages… Bonne soirée à vous

  2. Je crois que les médias aiment bien alimenter cette vision de Marseille comme ville sulfureuse et même si la violence est une réalité dans la cité phocéenne, c’est dommage que les représentations qu’on fait de Marseille ne soit pas plus variées. Tantôt la ville du crime et de la délinquance, tantôt celle du soleil, pastis et Pagnol. Entre les deux, une sorte de silence quand il y a tant d’autres choses à dire sur elle. Merci pour ce bon billet qui me donne aussi envie de lire le jeune auteur que vous citez.

  3. J’aime vraiment Marseille, découverte quand j’avais 18 ans donc il y a plusieurs dizaines d’années (hi hi ça nous rajeunit pas). J’ai tout de suite été totalement scotchée par la beauté du site et par ce mélange de bonhommie méridionale, les marchés, les délicieuses pizzas et pâtes fraîches dégottées ici ou là, la morsure glacée du mistral, la beauté lépreuse et décadente de certains quartiers, les grandes maisons bourgeoises et cachées du roucas blanc, le village d’Endoume, tous ces contrastes, la vitalité bruyante et chaotique qui se dégage de cette ville. Tout cela existe bien, à côté d’une certaine misère matérielle et existentielle… Je crois que Marseille, si interessante et touchante, a de l’avenir…

    1. Vous connaissez et vous aimez vraiment Marseille, ses ombres et sa lumière. La ville n’a pas vraiment changé depuis des dizaines d’années comme d’autres qui ont été « liftées » par des maires ambitieux, sauf cette année où l’on sent un net changement et un saut de qualité grâce aux réalisations déjà effectuées en peu de temps et aux projets qui vont être mis en œuvre. Pourquoi cette année où tout semble s’améliorer Marseille est-elle ainsi mise sous des projecteurs aussi négatifs et insistants ?

  4. Pour ceux, dont je fais partie, qui ne connaissent pas du tout Marseille, il est vrai qu’on hésite entre ce qu’on entend aux informations et les photos magnifiques que l’on peut découvrir sur certains blogs amis !

  5. Je ne connais pas Marseille mais j’espère bien visiter cette ville un jour. J’espère que cette année sera chanceuse pour eux, pour Lille, le fait qu’elle soit capitale culturelle lui a donné une belle impulsion pour redorer son image.

    1. En effet ce sont souvent des villes « à problème », pour ne pas dire sinistrées, qui sont choisies pour être capitale de la culture ainsi Lille ou Gênes en leur temps et elles réussissent à transformer leur handicap en atout. Espérons que pour Marseille dont les projets dépassent cette seule année ce sera le cas !

  6. j’espère que non car vous savez que j’aime beaucoup Marseille… Nous avons rapatrié ma belle-mère qui y vivait et avait aussi vécu nombres cambriolages et autre vol à l’arrachée durant ses 30 ans passés à Marseille. Dire que l’année de la culture avait si bien commencé….

    1. Comme vous dites l’année de la culture avait bien commencé et nous en avons bien profité. Nous espérons pouvoir continuer à fréquenter les nouveaux lieux de la culture et voir Marseille poursuivre ses grands travaux. Votre témoignage est bien la preuve que la délinquance, hélas, n’est pas une nouveauté comme dans beaucoup de grandes villes.

  7. Je ne connais pas Marseille, juste sa gare pour ensuite aller à Cassis (juste sublime). Je ne m’attache pas à ce que j’entends à la télé, c’est facile de stigmatiser. Comme toutes grandes villes, il y a de l’insécurité. Mais, je crois que Marseille a su aussi faire preuve de beaucoup d’efforts en terme d’intégration et de meeting-pot de population. Pour moi, c’est avant tout la méditerranée…. Ma fille rêve de faire son stage de 3 ème sur le plateau de Plus belle la vie. Je lui ai promis que si elle arrivait à décrocher cela. Je l’accompagnerais et nous passerions quelques jours à Marseille ensemble.

  8. Il est vrai que si l’on se contente de lire la rubrique Faits Divers , les infos ne donnent pas vraiment envie de découvrir Marseille …ceci dit, j’avoue que tous les billets que j’ai lu sur la blogosphére dernierement , sur le Muceum notamment, m’incite à aller découvrir cette ville…

    1. Marseille fait très fort cette année, il est vrai. Mais la médiatisation n’arrange rien, les incidents prennent le pas sur les autres nouvelles.

  9. Ce qui lasse à Marseille c’est la corruption installée depuis trop d’années et qui ne permettra pas de résoudre les problèmes de voirie, de ramassage des ordures, de sécurité. Quand on suit les affaires politiques, tous bords confondus, on en reste pantois. Je suis allée quelques fois à Marseille. Les vieux quartiers (vers le VIeux Port, le cours Belsunce) sont un mélange étrange de belles architectures et d’ambiance peu sûre, la nuit du moins. J’ai des amis qui y travaillent et sont partagés. Tout dépend des quartiers où on habite évidemment… J’adore la Chocolatière du Panier et j’espère qu’elle existe toujours! En novembre, je verrai le MUCEM, j’ai une réunion professionnelle là-bas.

    1. La Chocolatière du Panier existe toujours et vous allez adorer le MUCEM !
      Marseille est une ville à multiples facettes, avec ses beaux quartiers et ses vieux quartiers authentiques. Certes, il y a eu de la réhabilitation et du nouveau, mais la saleté reste un véritable problème comme le manque de civisme à tous les niveaux, vous avez raison. Corruption, collusion avec la voyoucratie locale, clientélisme, tout ça est connu et n’est vraiment pas nouveau hélas ! En faire un tapage médiatique est-il une voie vers la résolution des problèmes ? On peut en douter.
      Malgré tout, Marseille reste une ville attachantes et mérite vraiment que l’on parle aussi de ses atouts !

  10. Bravo à Doublette pour sa jolie description de Marseille !

    J’habite à Marseille et même s’il y a des problèmes que je ne nie pas, je pense que je rencontrerais les mêmes problèmes ou d’autres à Paris ou à Lyon.

    Evidemment tout dépend du quartier où on habite mais c’est pareil partout, non ?

  11. Oui bien sur surtout j’ai un problème à cause de ça ; un jour je tenais la main à mon papa et un monsieur m’a tiré la main-heureusement j’ai pas lâché et oui ça arrive malheureusement.

    1. Nous avons une nouvelle lectrice qui parait bien jeune – ça fait plaisir ! Il faut donc bien se méfier dans la rue, même dans une autre ville

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.