MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Bell'Italia Fashion

[Mode] Nos petites envies ou le début d’une wish-list… Brunello Cucinelli

Nous avons profité de notre   petite excursion   à St.Trop fin juin pour faire un petit tour de lèche-vitrines – il y a de quoi faire là bas !

Il faisait chaud, et pourtant, nous n’étions pas du tout attirées par les beaux maillots de bain, des sandales et les vêtements d’été, bien au contraire.  Nous sommes tombées en admiration devant la vitrine d’une boutique dont les vêtements n’étaient pas du tout assortis à la saison,  avec de beaux pulls et pantalons qui nous faisaient presque languir l’automne …

Look 10

Look 12

Alors nous avons fait des « recherches » pour voir cette marque un peu plus près

collezioni_fw20132014donna_33

 

collezioni_fw20132014donna_41

 

 

 La marque italienne  Brunello Cucinelli  est spécialisée dans le cachemire haut de gamme. Comme de nombreuses entreprises en Italie c’est une entreprise familiale qui porte le nom de son fondateur. Créée au début des années 1980 par Brunello et sa femme Francesca, elle est située à Solomeo, un bourg médiéval d’Ombrie, au cœur de l’Italie centrale, la terre natale de saint François d’Assise auquel ce chef d’entreprise humaniste se réfère souvent. En effet Brunello Cucinelli a reçu le prix Ernst & Young du meilleur entrepreneur, pour sa créativité et ses initiatives en faveur de la qualité de vie dans l’environnement du travail, mais aussi pour ses investissements à Solomeo où il a restauré un château qui est devenu le siège social de l’entreprise ; il y a également construit un théâtre, un centre d’apprentissage (scuola dei mestieri) consacré aux métiers artisanaux, un espace culturel, et même créé un « jardin des philosophes ». Toutes les activités de production sont ancrées à Solomeo dans ce qu’il appelle une maison-atelier, refusant le terme d’usine,  qu’il aime comparer aux ateliers d’artistes de la Renaissance car chaque employé peut y exercer sa précieuse créativité d’artisan et non d’ouvrier.

Ceci explique le prix très élevé des produits… Bien que nous ayons été séduites par la vitrine du magasin de St Tropez et le soyons encore plus maintenant par l’art de vivre et de « manager » de ce patron d’inspiration franciscaine, il y a un léger hic : rien à moins de 300 euro. Best wishes !

Et vous, avez-vous aussi une whish-list inabordable ?

NB Ceci n’est pas un article sponsorisé, à notre très grand regret…

 

22 Comment

  1. Moi les nouvelles collections à la fin de l’été, dans les vitrines ou les magazines, çà me fiche un GRAND coup au moral.

    Elles sont synonymes de pluie, de rentrée, de « finies les vacances », de « je vais bientôt devoir remettre des chaussettes » !

    Et puis les vêtements comme les chaussures sont toujours plus chers en hiver … en été, on peut s’habiller pour trois fois rien et avoir de l’allure ! Une petite robe à un prix très abordable, le bijoux fantaisie qui va bien, des jolies sandales abordables aussi … et le tour est joué !

    En hiver … c’est une autre histoire.

  2. Je crois que nous avons toutes une whish list inabordable sous cape car il faut bien rêver ! Les tenues hivernales en plein mois d’août à St Tropez, cela doit mettre un coup au moral tout de même !
    Bonne journée à vous

    1. Non, c’était le début de l’été, donc pas de coup au moral mais beaucoup de belles journées à venir. Ça avance votre chantier ? Bon courage

  3. A l’époque où je travaillais rive droite, je rentrais le soir en traversant la Seine, puis les Tuileries à pied pour passer par la place Vendôme. J’adorais les vitrines d’Armani, toujours chics et sobres et celles des bijoutiers, en particulier Chaumet et Boucheron. Ca a été pendant quelques années un réel plaisir….

    1. En effet, passer tous les jours par la place Vendôme, ça peut donner des idées…Mais apparemment, vous n’êtes pas d’un caractère envieuse ou jalouse, mais vous appréciez tout simplement les belles choses, comme nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.