MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Ciné, TV, Radio

[Cinéma] The Master

Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe…

Le film de Paul Thomas Anderson reconstitue l’Amérique des années qui suivent la deuxième guerre mondiale, une Amérique en quête d’elle-même, à travers le personnage de Freddie Quell. Traumatisé par son enfance – père alcoolique et mère dans un asile et traumatisé aussi par les années de guerre il est devenu alcoolique, incroyablement violent, obsédé sexuel, asocial mais terriblement seul et vulnérable.

En quête de réinsertion, il tombe sur Lancaster Lodd, personnage charismatique à la tête d’une secte  – évidemment on pense à Ron Hubbard et à la Scientologie.

Suivent deux heures et demi de voyage à travers l’Amérique, de lavage de cerveau et de quête entre le maître et son élève, parce qu’ils ont autant besoin l’un de l’autre. Toutes ces paroles vides et illogiques que Lodd distribue, il n’y croit pas ; il est un gourou certes,  mais a ses faiblesses lui aussi, il est alcoolique et finalement, tout au long du film, on a l’impression que c’est sa femme la vraie tête pensante de cette entreprise… C’est elle qui domine, qui décide et qui le maintient sur les rails dans cette vie de « visionnaire ».

Mais c’est long, trop long, c’est répétitif, pesant, il y a des moments où on s’ennuie…

Et pourtant !

L’esthétique est très soignée, la photo est magnifique dans la lignée d’un  Stanley Kubrick  – les images d’une Amérique des années 50, très bien reconstituée ici,  semblent d’ailleurs être à la mode vu les nombreux feuilletons qui exploitent ce filon.

Et les acteurs ! Tout simplement  époustouflants ! Joaquin Phoenix, habitué aux rôles forts, joue à la perfection ce personnage border-line ; très amaigri et vouté, à l’image  des acteurs américains qui en se préparant même physiquement pour un rôle, font déjà une performance. Il est d’ailleurs forcément candidat dans la course aux Oscars, à juste titre ! Philip Seymour Hoffman en manipulateur et charlatan rend son personnage presque sympathique par ses propres faiblesses contrôlées par son épouse (Amy Adams).

Alors un bon film ? Tous les ingrédients sont pourtant rassemblés mais nous serions tentées de dire plutôt un film prétentieux…Peut-être faudrait-il le revoir parce que nous n’avons sûrement pas tout compris ! Mais la longueur nous effraie…

 

17 Comment

  1. J’ai pensé la mm chose que vous , j’ai aimé l’esthétisme , adoré les acteurs, et pourtant me suis ennuyée. J’avais peur d’etre la seule mais je vois pas mal d’articles dans ce sens …

  2. Comme vous, j’ai trouve que la duree du film ne se justifie pas, on ne voit pas ou le realisateur veut en venir. Joaquin Phoenix est formidable, P Seymour-Hoffman egalement, le film repose entierement sur leurs epaules en fait. Du coup moi aussi j’ai trouve ce film pretentieux parce qu’il melange les themes (la psychanalyse, les horreurs de la guerre, les cultes etc.) et se veut subtil, tellement subtil qu’on ne sait plus quel est le sujet!

  3. Je m’attendais a un film coup de poing sur les origines de la scientologie, et j’ai vu une histoire edulcoree sur un alcoolique paume dans les Etats Unis d’apres-guerre. Esthetiquement reussi mais ennuyeux.

  4. Je l’ai vu samedi et j’ai été un peu déconcertée par la fin. Depuis Magnolia, Anderson qui tourne peu, semble fasciné par les « gourous ». Ce que l’on voit très bien, c’est comment un escroc arrive à attirer des gens riches et, en même temps, est obligé de se déplacer souvent pour échapper aux poursuites.
    La fin est ambigûe. On ne sait pas trop ce que fera ce marin, se moquer ou poursuivre l’oeuvre de la Cause. Car au fond, le « vrai » Ron Hubbard, c’est peut-être lui (cf la bio de ron hubbard sur wikipedia).

    1. C’est sûr, la fin n’est pas très claire. Nous n’avions pas pensé à lui pour être Ron Hubbard; votre idée est intéressante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.