MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Tempora Mutantur

[Tempora Mutantur] Le mariage pour tous, pour ou contre ?

Nous sommes un simple blog avec des billets d’humeur la plupart du temps futiles. Mais à notre âge nous avons vécu quelques épisodes de l’évolution des mœurs en Europe et nous aimons souligner de temps en temps combien les temps changent.

Ce qui était inconcevable avant (du temps de notre adolescence, par exemple, bien que nous ne soyons pas nées au XIXème siècle !) fait partie du quotidien : les femmes peuvent décider de leur corps, avorter ou faire un enfant, plusieurs enfants, hors mariage et sans jamais se marier avec le père ou même les différents pères et l’homosexualité ne rencontre plus la critique et le mépris d’avant et c’est tant mieux.

Mais il y a des revendications actuelles qui  paraissent dépasser le cadre de notre civilisation et notre culture judéo-chrétienne comme le mariage pour tous. C’est par ailleurs une revendication qui n’est pas spécifiquement française, mais dans tous les pays développés cette demande se retrouve même dans les programmes des partis politiques. On dirait que c’est l’un des problèmes les plus urgents à traiter !

N’allons-nous pas trop vite et trop loin ? Parce que qui parle de mariage, parle dans ce cas aussi de procréation assistée ou d’adoption. Pour le moment, il faut encore homme-femme pour la création, depuis toujours il y a un père et une mère biologique. …

N’allons-nous pas patauger dans la confusion, dans une incapacité d’identification ? Bien sûr, les couples divorcent et les enfants se retrouvent dans des familles recomposées ou sont élevés dans une structure mono-parentale. Bien sûr, la procréation assistée existe déjà et il y a des donneurs anonymes des sperme, dans d’autres pays il y a des mères porteuses, et beaucoup de couples « traditionnels » ont recours à ces procédés. Mais de là à supprimer tous les repères ! Nous voyons bien que les enfants adoptés et nés sous X essayent de retrouver leurs parents, leur identité.

Nous serions tentées de dire : Égalité, liberté, respect et tolérance oui, bien sûr !  Mais ne peut-on pas élargir le Pacs et donner aux couples pacsés les droits sociaux ou juridiques dont bénéficient les couples mariés, et garder le passage devant le Maire pour les couples hétérosexuels ?

Ou alors, faudrait-il l’admettre comme Elisabeth Badinter : « Quand on voit la somme de malheurs, de névroses, de douleurs que peut engendrer la famille hétérosexuelle la plus traditionnelle qui soit, je me dis : au nom de quoi une famille homoparentale serait-elle pire ? »

Et vous, qu’en pensez-vous ?


15 Comment

  1. Que ce battage médiatique est là pour cacher des choses beaucoup plus graves.
    Je vous avoue que le sujet m’exaspère ! Sous pretexte d’évolution des moeurs nous faisons n’importe quoi !!!
    Chacun est libre de sa sexualité, le mariage pour moi et pour donner un cadre juridique à une famille. Pas davantage. Je ne suis pas pour la PMA et l’adoption..
    Ce besoin de « normalité » de reconnaissance est vraiment inquiétant
    Mais bon, en fait cela m’indiffère
    Bonne journée mesdames

    1. Entièrement d’accord avec vous – il y a très certainement des problèmes plus important à résoudre…Mais malgré nous, nous sommes confrontées tous les jours à cette discussion qui nous a amenées à faire ce post.
      Merci pour votre commentaire et bonne journée

  2. Je crois que le problème est dis dans le début : l’évolution des mœurs. Actuellement, avec les ouvertures d’esprits je rencontre des couples qui divorcent pour assumer leur homosexualité aujourd’hui possible. Ces couples ont des enfants qui sont élevés par des couples hétérosexuelles et homosexuelles qui ont du mal à avoir des repères.
    Le mariage, pourquoi pas. L’adoption et la PMA est un autre problème.

  3. Quand j’étais très jeune (j’ai dépassé 50 ans), ma mère m’emmenait en vacances à Pâques au bord de la mer. On retrouvait parfois une de ses amies, qui venait avec ses deux enfants adoptés et une « amie ». Je n’ai compris beaucoup plus tard qu’elles vivaient ensemble mais seule l’une d’entre elles avait adopté (comme femme célibataire).
    Le vrai problème n’est pas le mariage, c’est le droit du co-parent. Qui excède largement le cadre du « mariage gay ». Si on divorce, qu’on vit avec une autre personne, homme/femme, avec qui on élève quasiment ses enfants et qu’on meurt, cette personne qui n’est rien légalement, même si on l’a épousé(e), n’a plus accès aux enfants qu’il/elle a co-élevé. C’est le droit du beau-parent de fait à poursuivre une éducation dont il est question. Ce co-parent peut être ou pas du même sexe que le parent.
    Tout le reste, c’est un nuage de fumée politique destiné à nous faire digérer l’augmentation des impôts!

    1. …ou à satisfaire une certaine partie de l’électorat ! Il est vrai que le cas évoqué du co-parent, qui sera de plus en plus fréquent avec la multiplication des familles recomposées, excèdera surement en nombre le cas des mariages homosexuels. Quand les enfants sont assez grands, on peut espérer que le capital d’affection accumulé puisse dépasser le cadre légal et permettre de poursuivre une relation avec le co-parent.

  4. Je n’ai pas vraiment d’avis tranché sur la question. je pense que beaucoup de valeurs se perdent mais qu’on mélange tout. Je suis pour le respect des différences mais là, ce qui m’agace par dessus tout c’est tout ce battage médiatique. Pour moi, la PMA et mariage homosexuel ne sont pas priorités, loin s’en faut !

  5. Vous faites la même observation que Colette et Sylvie et nous la partageons – ce n’est pas une question prioritaire. Mais le problème restera posé malgré nous.

  6. Personnellement, je partage entièrement le point de vue d’Elisabeth Badinter. La famille hétérosexuelle traditionnelle n’est pas forcément un modèle à suivre, loin s’en faut ! Des modèles familiaux différents existent d’ailleurs dans d’autres cultures que la nôtre et les enfants ne s’en portent pas plus mal pour autant. Je ne parviens pas à comprendre les motivations de toutes les personnes qui manifestent contre le mariage homosexuel car à mon humble avis, il existe bien d’autres problèmes dans notre société. Les Français feraient mieux de descendre dans la rue pour manifester leur mécontentement contre la politique fiscale absolument scandaleuse qui est menée par leur gouvernement. Lorsqu’on voit la situation économique de la France à l’heure actuelle, il y a vraiment lieu de s’inquiéter !

    1. Comme tant d’autres, vous ne comprenez pas le mouvement contre le mariage homosexuel parce qu’il y a d’autres priorités – comme d’autres diront que l’engagement pour les mariages homosexuels n’est pas une priorité ! Nous sommes entièrement d’accord.
      Tout le monde se dit préoccupé par l’emploi et les perspectives plutôt moroses et ce décalage est frappant

  7. J’ai longtemps hésité à commenter…Au nom de quelles valeurs, de quels repères judéo-chrétiens s’opposerait-on au mariage civil homo ? Notre société a évolué, heureusement ! Quant à l’adoption, je suis pour. Pourquoi des enfants seraient-ils moins bien élevés par deux parents du même sexe? Je crois que si un enfant sait pourquoi il a été désiré et adopté, il n’aura pas de problème. Mais il faut que la loi donne l’autorité parentale aux deux parents dans ce cas…donc il reste encore du chemin à faire ! Bon dimanche !

  8. J’ai lu attentivement votre article et les commentaires …

    Je suis de l’avis de Valérie et Koalisa.

    Pourquoi serais-je contre le mariage entre deux personnes du même sexe ? Qu’est-ce que cela m’enlève à moi ?

    Pourquoi le mariage serait la seule institution à ne pas évoluer ?

    En ce qui concerne l’adoption, je suis pour aussi : cela peut paraître naïf, mais
    un enfant élevé dans un foyer aimant, c’est ce qui compte le plus, que les parents soient deux hommes, deux femmes, ou un homme et une femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.