MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Poil à gratter

[Poil à gratter] Les femmes sont-elles maso ?

On peut se poser cette question en regardant les magazines féminins, où l’on ne voit que de très belles filles. Les femmes veulent s’identifier à ces filles « virtuelles » qui en fait n’existent pas puisque leur prétendue perfection est le fruit de … photoshop. Ce sont des beautés arrangées, modifiées voire trafiquées qui ornent les pages des revues et les pub.

Le dernier exemple édifiant est la pub de H&M :

« On prend des photos de vêtements sur un mannequin en plastique, puis l’apparence humaine est générée par un programme informatique »

           

pour en faire des produits avec des mensurations idéalisées !

Dove, dans ses campagnes publicitaires, nous montrait des femmes bien en chair mais pour le moment, c’est apparemment le seul « écart » dans  le monde de la pub.

Une fois « photoshopées », les top models, actrices ou simples modèles ont des visages sans rides, des fesses et des cuisses sans défaut, pas le moindre petit bouton, le moindre poil superflu. Et pourtant ce sont ces pubs  « arrangées » qui se trouvent en majorité sur les magazines féminins achetés par… des femmes.

Il ne semble donc pas que ce soit les hommes qui imposent cette image de la femme parfaite mais ce sont les femmes elles-mêmes qui s’imposent cette torture en tentant vainement de recopier l’image de la perfection, perfection bien sûr imposée par  toute une industrie (cosmétique, textile…) et relayée par les médias. Et le tout génère un énorme chiffre d’affaires.

Dans le ELLE du 10 février, il y a Tara Lynn en couverture – une très belle ronde. Elle fait l’objet d’un article suivi des conseils pratiques pour les rondes. Soit. Mais comme chaque année, ce sera très certainement un article « alibi ».

Parce que …

Dès l’approche du printemps, les magazines proposeront de nouveau les régimes, les produits et toutes les méthodes amincissantes…avant l’épreuve du maillot de bain et de nouveau c’est elles qui se soumettront à ces critères inatteignables.

Alors maso ???

C’est qu’elles le veulent  bien !!!

15 Comment

  1. tout à fait d’accord ! maso… ou conditionnées par l’environnement qui depuis qu’elles sont toutes petites ne leur montre que des femmes jeunes et minces comme modèles ? Je suis assez pessimiste sur l’évolution des magazines féminins et de la mode mais ne perdons pas espoir, ça bouge un tout petit peu peut-être, cf une initiative en Angleterre que j’avais évoquée http://bit.ly/gHuPRY

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Hier, justement, je parlais avec un pote et il m’a dit : « Les femmes dans les magasines sont maigres et tellement photoshopées, y’a pas besoin de ca, si ils veulent des filles avec une peau (presque) parfaite, ils ont qu’à chercher mieux » et « Les bourrelets chez une femme, c’est tout mignon ». Comme quoi, ce sont Des femmes qui veulent la perfection, pas toutes et encore heureux… Mais en gros, les magazines montrent ca, les femmes veulent devenir pareilles et alors, ils achètent des tas de produits de beauté, de régime, et en gros, hop, on consomme, etc. Ils seraient prêt à n’importe quoi pour qu’on dépense entre les pubs, les magazines, etc.

  3. 100% d’accord ! Ceci dit, Photoshop a ses limites, sur un ELLE de janvier avec Vanessa Paradis (dans le genre crevette …), ma fille m’a fait remarquer qu’elle était tellement retouchée qu’on aurait dit une ado … et que c’était ridicule !!

  4. Il y a déjà quelques années, Kate Winslet avait été surprise et choquée de découvrir que les photos prises d’elle pour un magazine avaient été retouchées (sans son avis), et elle avait déclaré publiquement qu’elle était contre.

    Ces photos retouchées deviennent de plus en plus lassantes !

  5. Bonjour Mesdames,
    Richard Dawkins dans son livre ‘The Ancestor’s Tale’ explique que nous, les hommes du 21e siècle, sommes programmés à être un tantinet polygames, moins que nos cousins les chimpanzés, qui baisent sans discrimination, toutes celles qui passent à leur portée mais plus que nos autres cousins, les gibbons, qui sont farouchement monogames.
    Les filles des magazines, comme le chante Jacques Dutronc, nous on les aime, c’est génétique.
    Amicalement
    M.

  6. Elle se donne bonne conscience avec ce N° et après vive les minces.
    Ce qui est dommage dans ce N° de Elle, c’est que les pages modes n’ont pas été prise avec des rondes. Ils n’assument pas jusqu’au bout.

    1. Il faut en effet savoir prendre du recul et se sentir relativement bien dans sa peau pour encaisser ces stéréotypes dans les magazines qu’on peut éventuellement ne pas acheter mais aussi sur les abribus qu’on peut difficilement éviter.

  7. le pire dans tout àa c’est qu’elle ne fait pas la une parce qu’elle est simplement jolie et photogénique non c’est parce qu’il y a encore un article creux à la Elle sur comment survivre quand on est ronde, c’est vrai que j’avais oublié que quand t’es grosse tu as juste envie de te cacher, c’est évident !

Répondre à duquelu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.