MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Deutsches Echo

« Cousinade » ou « Cousinentreffen »

Il paraît que c’est à la mode aussi bien en France qu’en Allemagne. Signe des temps, recherche des valeurs familiales ou pur sentimentalisme ?

Moi, en tous cas, j’ai fait une cousinade à l’allemande, avec des Ossis et des Wessis ! N’oublions pas que l’Allemagne était partagée en deux, et, comme conséquence directe, les familles aussi se trouvaient séparées. Mon père, du jour au lendemain, ne pouvait plus voir ses sœurs qui s’étaient mariées à quelques kilomètres de leur village natal.

Donc retrouvailles au « Dreiländereck », l’endroit où les  3 pays, c’est à dire, l’ex-RFA, l’ex-RDA et la République Tchèque avaient une frontière commune.

Parmi les cousins, ceux que l’on connaît, ceux de l’Ouest que l’on voyait lors des fêtes de familles – et les autres, que l’on ne connaissait qu’à travers les photos.

Petit moment d’hésitation, oui, c’est lui, oui, c’est elle ! Il y a  le cousin qui voulant fuir le régime communiste, s’est fait prendre à la frontière et passa ensuite quelques années en prison ! Son métier de physicien, il n’avait plus le droit de l’exercer ; il travaillait à l’usine. Depuis, il a bien rattrapé le temps perdu ; lui et sa femme ont beaucoup voyagé pour profiter de leur nouvelle liberté. Il y a aussi la cousine, professeur de russe. Elle nous raconte que les enfants n’aimaient pas le russe, mais c’était la première langue obligatoire !

Le week-end fut trop court pour effacer les années ; il aurait fallu plus de temps pour se parler davantage, pour écouter les témoignages des uns et des autres.

Nous avons aussi fait une  petite excursion vers la maison natale de mon père, avec un moment d’émotion – mon père aurait été si heureux – et la photo souvenir.

Rendez-vous fut pris pour une autre »cousinade », pour ne pas se perdre de vue.

Es soll anscheinend grosse Mode sein, in Frankreich wie in Deutschland. Zeiterscheinung, Suche nach familiären Werten oder reiner Sentimentalismus ?

Ich auf jeden Fall habe ein deutsches Cousinentreffen erlebt,  und zwar mit Ossis und Wessis ! Wir haben nicht vergessen, dass Deutschland geteilt war und die Familien dann natürlich auch. Mein Vater konnte so von heute auf morgen seine Schwestern nicht mehr sehen, obwohl sie nur wenige Kilometer vom Heimatdorf verheiratet waren. 

Also Treffpunkt das Dreiländereck an der ehemaligen Grenze der DDR, BRD und der Tschechoslowakei.

Unter den Cousins, bekannte Gesichter, die aus dem Westen, die man bei Familienfesten sah, und die anderen, die man nur von Fotos her kennt.

Anfängliches Zögern, ja, das ist er, ja, das ist sie ! Da ist der Cousin, der in den Westen fliehen wollte, gefangen wurde und mehrere Jahre im Gefängnis verbringen musste ! Er hatte Berufsverbot als Physiker und musste in der Fabrik arbeiten. Aber seither hat er versucht, die verlorene Zeit nachzuholen. Mit seiner Frau hat er die neugewonnene Freiheit ausgenutzt und viele Reisen unternommen. Da ist auch die Cousine, eine Russischlehrerin. Sie erzählt uns, dass die Kinder nicht gerne russisch lernten, es aber Pflichtfach als erste Fremdsprache war !

Das Wochenende genügte nicht, um die vielen Jahre zu überbrücken; wir hätten mehr Zeit gebraucht, um mehr miteinander reden zu können, um unsere Erfahrungen auszutauschen.

Wir besuchten auch das Geburtshaus meines Vaters, doch ein bewegender Augenblick – mein Vater hätte sich sehr gefreut – und dann das Erinnerungsfoto.

Aber es wird ein anderes « Cousinentreffen » geben, der Kontakt soll nicht abbrechen.




5 Comment

  1. C’est vraiment une belle idée cette « cousinade ». J’imagine l’émotion que vous avez ressentie, les souvenirs qui rejaillissent, les pensées vers ceux qui ne sont plus là …

  2. Je suis entrain d’écrire l’histoire de ma famille Pickruhn qui a vécu en Poméranie (Lobez) puis en DDR à Gadebusch.Ma mére est venu en France Nous avons été comme vous séparé par ce mur.je suis à la recherche d’éléments(photos ,témoignages etc) concernant ma famille Merci de me repondre

    1. Bonjour, encore une famille séparée par le mur ! La famille de mon père ne se trouvait pas en Poméranie, mais dans le coin autour de Hof, donc pas du tout dans le même secteur.
      En septembre, nous allons essayer de nous retrouver, une cousinage bis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.