MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Voyages

Préparons le voyage à Istanbul…

Bien décidées à préparer le prochain voyage nous sommes allées faire quelques achats à la FNAC.

Tout d’abord les guides indispensables :

Gallimard, pour le plaisir des yeux, connu pour sa superbe iconographie sur papier glacé et pour son contenu culturel. Un résumé exhaustif de la culture du pays avec de très belles planches sur les arts, l’histoire, des extraits de livres des auteurs les plus connus et même la faune et la flore. On le lira le soir à l’hôtel pour se remémorer ce qu’on a vu dans la journée ; ne pas l’emporter pour se repérer car ce n’est pas un guide pour se guider dans les rues, les plans sont enjolivés de dessins peu réalistes : eau toujours bleue, arbres toujours verts mais si vous vous perdez il ne vous aidera pas à retrouver votre chemin.

Pour se repérer : petit guide vert Michelin Week-end avec plan détachable, ça c’est plus concret ! Chaque point d’intérêt est référencé sur le plan, horaires d’ouverture, téléphone, site web, prix d’entrée, tout y est. A mettre dans le sac tous les jours, on le rapportera tout chiffonné.

Au rayon romans étrangers, deux ouvrages  à lire dès que possible :

« Istanbul » tout simplement, du plus célèbre des écrivains turcs : Orhan Pamuk (victime du régime en raison de ses déclarations sur le génocide arménien, prix Nobel de Littérature 2006). Nous avons déjà lu : « Le livre noir » récit d’une errance dans Istanbul à la recherche de la femme aimée et de son demi-frère avec lequel il finira par changer d’identité ; son contenu ésotérique nous l’avait rendu assez hermétique. Ces souvenirs-ci seront sûrement plus accessibles.

« La bâtarde d’Istanbul » d’Elif Shafak considérée par Orhan Pamuk lui-même comme la plus grande romancière turque de ces dix dernières années ! Inconnue de nous, à découvrir !

A relire :  Nedim Gursel dont « Le Roman du Conquérant » reste un des meilleurs souvenirs de lecture ; l’auteur y mêle  le récit du siège et de la prise de Constantinople par Mehmet II en 1453 et son histoire personnelle au moment même de la rédaction du roman.

Enfin, retrouvés les numéros de la revue Ulysse de 1994 du temps où elle faisait des numéros thématiques sur une seule destination, plus documentée et approfondie que les revues que l’on feuillette chez le dentiste ou le coiffeur ! A emporter pour lire et relire sur place.

4 Comment

  1. J’ai lu « la batarde d’Istanbul », j’ai beaucoup aimé et vous conseille ce livre. Chaleureux, amusant, facile à lire … et en même temps derrière une apparente légèreté, ce livre apprend beaucoup de choses sur la société turque aujourd’hui, et de manière générale sur le rapport que l’on entretient, ou pas, avec ses origines culturelles et familiales.

    Je ne suis jamais allée à Istanbul mais je compte bien visiter cette ville.

    J’attends votre récit post-voyage !

  2. Amoureuse d’Istanbul, une des villes au monde les plus riches, par son histoire si mouvementée qui a laissé des traces un peu partout dans la ville (et le pays tout entier), vestiges de l’Egypte antique, des Grecs, des Romains, des Byzantins, des Ottomans, je récidive pour la énième fois et suis en train de faire mes valise. Très bons conseils concernant les guides choisis par cette future voyageuse. Le guide bleu Hachette est aussi très complet et propose des plans par quartier avec les principaux centres d’intérêts, des repères historiques et des encarts sur toutes sortes de sujets : très complet et très agréables. Je peux ajouter à la liste des auteurs proposés, un roman « vintage » désuet et plein de charme d’un autre amoureux d’Istanbul : Aziyadé de Pierre Loti, sous forme d’une correspondance qui vous replonge dans l’Istanbul de fin de siècle (19e) et d’une histoire d’amour interdite.
    J’attends avec impatience le compte-rendu du voyage.

  3. A travers vos commentaires, déjà rêve de faire le voyage avec vous. J’attends vos impressions post-voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.