MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Fashion

Carine Roitfeld et DER SPIEGEL

Dans le dernier SPIEGEL du 4/4/11 se trouve une interview de Carine Roitfeld – l’ex-rédactrice en chef de Vogue France, connue pour ses photos porno chic et provoc. Ce qui prouve bien que  la mode est un phénomène de société puisqu’on en parle en dehors des magazines féminins ou des revues spécialisées.

Elle parle de ses impressions en ce qui concerne la mode elle-même et le monde de la création qui l’entoure.

Selon elle, la mode ne fait plus rêver, maintenant les clients achètent un article, mais non plus une promesse de rêve. La création a besoin de liberté, de risque, mais dans les affaires on n’aime pas le risque et les stylistes subissent la pression de la rentabilité : les robes doivent plaire aux femmes du  monde entier. Ainsi la mode est elle aussi victime de la mondialisation. Elle oblige à faire des compromis.

Il faut faire quatre défilés, et pour certains il y a en plus celui de la Haute Couture. John Galliano et Alexander McQueen sont des exemples de la difficulté à supporter le stress de la création et de la multiplication des déplacements dans le monde entier. Pour elle, Karl Lagerfeld est un « Übermensch », capable d’assumer ces pressions.

Les chaînes comme Zara ou H&M copient rapidement et les blogueurs diffusent les nouveaux looks dans un temps rapide… Mais en même temps voir ses modèles copiés est une preuve de succès qui peut être vécu comme un compliment par un styliste.

Aujourd’hui même les femmes qui ont peu de moyens peuvent s’habiller bien. En revanche pour les riches femmes russes ou chinoises la Haute Couture est le plus sûr moyen de pénétrer l’univers de la mode à l’occidentale. On n’apprend pas l’élégance, mais on apprend à éviter les fautes de goût ; l’élégance c’est de l’instinct et de l’allure et non pas le dernier modèle d’une grande marque.

Elle estime être restée une femme normale  grâce à une vie stable, le même partenaire depuis plus de 30 ans et deux enfants. Face aux très jeunes mannequins aux visages et corps parfaits, il faut justement garder du recul.

Ses principes de mode? Elle n’est pas fan des it-bag, par contre elle adore les High-Heels et le sentiment de pouvoir qu’ils procurent : on bouge et on s’exprime même autrement.

Avec ses 57 ans, elle se trouve elle-même à un âge charnière. Alors quelques recommandations:

«  Si vous ne voulez pas vous tromper, achetez du noir – à partir de la cinquantaine ajouter  un peu de beige pour adoucir. Tous les cinq ans revoir toute sa garde-robe, mettre un maillot une pièce au lieu du bikini et éventuellement même renoncer à aller à la plage ! Il faut rester parmi les meilleures dans sa tranche d’âge. »

Il ne fait pas bon vieillir dans les yeux de Madame Roitfeld ! Du noir, du beige, rester à l’ombre… quel programme !!!

4 Comment

  1. effectivement, pour une femme qui dit assumer, elle s’impose tout de meme pas mal d’interdits… et puis « revoir sa garde-robe tous les 5 ans », c’est nier le coté affectif et sensible qui nous lie aux vétements…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.