MATCHING POINTS

Pour les femmes mais pas seulement...
Témoignages

L’exil, le multimédia et moi…

Lorsque je me suis installée en France – vous savez bien, par amour !!! (cf. l’article du 1er Février 2010 – je me suis trouvée exilée « culturellement ». C’était encore au XX ème siècle.

Alors j’ai pris un abonnement pour un magazine « sérieux » :

puis un autre à un magazine « féminin » :

j’attendais avec impatience l’arrivée des deux.

Je lisais des livres en allemand et lorsqu’un film allemand sortait je me précipitais pour aller le voir en V.O. Donc je n’ai jamais coupé le contact avec ma langue maternelle. Mais c’était besogneux  et  il me manquait le quotidien, le direct.

Et maintenant ? Par Internet, je consulte quotidiennement des pages allemandes, le satellite me livre à la télé les infos et les films  en allemand et ma nouvelle radio Wifi m’accompagne pendant la journée ! Que de changements !

C’est si bien d’être au courant de l’évolution de la langue, de l’apparition d’un vocabulaire sans cesse renouvelé du fait de nouvelles réalités.

Par exemple le portable n’existait pas quand je suis partie, et j’ai appris qu’on l’appelait « handy », en bon allemand ! Quant aux Ossis et Wessis, pensez donc ! Qui aurait cru que le mur allait tomber un jour !

Prenons l’exemple de quelqu’un qui aurait quitté la France pour s’isoler  sur une île déserte et qui revient 30 ans après. Saurait-il ce que cela veut dire « ‘être branché », ne cherchera-t-il pas une prise électrique ???

6 Comment

  1. Comme vous, je suis aussi « exilée »… à une différence près, c’est que je suis restée dans le même Pays (Suisse) en changeant de Canton, donc autre culture et autre langue (dans le Canton de Vaud on parle français et au Tessin où j’y ai habité pendant 11 ans, on parle italien).
    Comme vous, je retourne régulièrement voir ma famille restée au Tessin (seulement 400 km de distance) et je reviens toujours avec plaisir chez « moi ».
    Comme vous, je dis merci aux nouvelles technologies qui me permettent de rester en contact avec ma deuxième langue et avec une toute autre culture.
    Et enfin, merci pour cet article qui m’inspire beaucoup !

  2. Vous avez raison, la technique désormais évite l’isolement et la méconnaissance du quotidien au niveau de sa langue maternelle. Ceci dit, ce progrès ne remplacera jamais le vécu, c’est exactement la même chose pour les rapports humains, on est connecté avec quelqu’un qui habite à des centaines de kilomètres, mais rien ne vaut le rapport face à face non? Quand vous parlez de revenir au bout de 30 ans, c’est le décalage assuré. Pensez à nos grands-parents, ils ont vécu des progrès extraordinaires :mon grand-père a vu atterrir Lindberg au Bourget en 1927, il a connu l’essor de l’automobile,du téléphone de la télévision et nous-mêmes n’avons-nous pas connu beaucoup de technologies qui maintenant font partie de notre vie de tous les jours? Le problème étant de savoir si ces techniques nous apportent le bonheur….Vaste débat….

    1. Ces techniques restent bien souvent des moyens de se faciliter la vie : lire les journaux étrangers au lieu de chercher l’hypothétique maison de la presse qui en serait fournie, réserver les billets d’avion etc… nous ne nous étendrons pas pour le moment sur les applications quotidiennes des nouvelles technologies. Nous aurons sûrement l’occasion de parler à nouveau de ce sujet et de la révolution Internet qui est en train d’aider à réaliser de véritables révolutions, c’est à dire renversements de pouvoir dans les pays arabes. Affaire à suivre donc….

  3. Je suis moi-meme exilee – francaise vivant a l’etranger – et je commence a sentir les effets de cette coupure avec mon pays. Je ne suis plus vraiment au courant de ce qu’il s’y passe, a tous les niveaux, c’est un sentiment bizarre. Mais en effet si je suis en manque de societe francaise, les multi-media sont un remede rapide et efficace! Ceci-dit cela ne remplace pas le sentiment de ‘racines’, de ‘familier’, de ‘savoir d’ou l’on vient’.

  4. En même temps, depuis votre arrivée en France, les différences ont dû s’atténuer. Si à l’époque, vous aviez eu plus accès aux moyens de communication allemands, vous auriez entendu des choses bien différentes. Mais aujourd’hui, constatez-vous encore beaucoup de différences?

  5. Il n’y a pas de grandes différences mais beaucoup de détails qui vous font sentir que vous vous trouvez dans un autre pays. Et heureusement! Il serait dommage que la mondialisation gomme les différences qui donne le charme aux voyages à l’étranger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.